#BAD2010 : « Chercher de l’eau à la fontaine » #Madagascar

Hier, c’était le « Blog Action Day » où des milliers de blogueurs dans le monde entier ont parlé d’un sujet en particulier. Pour cette année le thème est l’EAU. Je suis vraiment désolée pour ce petit retard de publication dû à un petit problème de connexion au site Mondoblog. Je suis ravie que le site fonctionne à nouveau.

Dans mon pays, beaucoup de familles n’ont pas d’eau à la maison. Elles doivent alors soit construire un puit, soit aller chercher de l’eau à la fontaine. Dans les petits villages des campagnes, les gens vont chercher de l’eau à une source ou à la rivière. Aujourd’hui, je vais parler de la fontaine.

Dans chaque Fokontany (village), il y a 2 ou 3 bornes fontaines. La borne fontaine est ouverte de 6 heures à midi et de 14 heures à 18 heures tous les jours. Il faudra donc se rappeler de ces heures d’ouverture pour ne pas se retrouver sans eau à la maison. Une personne a été engagée par le Chef du Fokontany pour être responsable de la fontaine. Avant les gens pouvaient venir chercher de l’eau à l’heure qu’ils voulaient et n’avaient pas besoin de payer pour ça. Depuis quelques années, le Chef du Fokontany a décidé d’engager une personne qui est en charge des surveillances des pompes et du collecte des prix de l’eau. Cette décision a été prise parce qu’auparavant, les gens en profitaient pour se laver ou faire leur lessive à la fontaine malgré les interdictions. Il y a aussi ceux qui ont omis de refermer le robinet après avoir rempli leur seau. L’eau alors inondait les alentours. C’était aussi une perte considérable pour la JIRAMA (la société de distribution d’eau et d’électricité). Le responsable de la fontaine est donc là pour surveiller le bon fonctionnement des pompes. Comme ce responsable ne va pas faire ce travail à titre gratuit, l’eau à la fontaine est donc actuellement payante. Un seau d’eau coûte dix Ariary (MGA10) la première semaine du mois mais reste gratuit pendant les trois autres semaines.

Il y a certaines familles, qui faute de temps ou par honte, ne viennent pas elles-même chercher de l’eau à la fontaine. Elles engagent d’autres personnes à leur place. La plupart du temps, les jeunes filles s’adonnent à cette tache pour soixante Ariary (MGA60) le seau. En moyenne, une famille a besoin de 10 à 15 seaux d’eau par jour. Liva, par exemple (Cf photo) cherche de l’eau pour 3 familles tous les jours. C’est un travail assez pénible parce qu’il requiert des efforts physiques mais au moins elle peut ramener de quoi manger à la maison. A part ça, elle travaille aussi comme lessiveuse.

(Cliquez sur les photos pour les voir en taille plus grande)

The following two tabs change content below.
Jeune femme, maman, malgache, blogueuse, citoyen journaliste, photographe amatrice passionnée

Derniers articles parariniaina (voir tous)

8 réflexions sur “#BAD2010 : « Chercher de l’eau à la fontaine » #Madagascar

    • J’imagine. Dans certaines régions de Madagascar, l’eau se fait aussi très rare surtout dans la partie sud. Les gens font alors des kilomètres pour chercher de l’eau qui n’est même pas potable.

  1. eh oui, je me souviens avant, quand j’allais chez ma grand-mère à Tanà j’étais tout le temps de corvée de « chercher de l’eau » mais à la fontaine, c’était assez éloigné à Sabotsy Namehana; fin des années 80 c’était bien la campagne encore là-bas et on n’avait pas de pompe fonkotany comme aujourd’hui; bien évidemment à l’époque je n’aimais pas ça je voulais être tranquille mais aujourd’hui je garde de bons souvenirs, on en profitais pour se baigner et jouer, et je regrette un peu que mes enfants ne puissent plus connaître cela sauf peut-être en rase campagne chez mes arrières grands-parents, on verra bien

    • Sabotsy Namehana n’est plus une campagne maintenant. La ville a beaucoup évoluée. J’apprécie particulièrement le développement rapide de ce petit village d’autrefois.
      Les responsables ont commencé par installer quelques fontaines publiques en 1998 – 1999 si je me souviens bien. Et depuis peu, beaucoup de familles ont fait la demande et ont maintenant l’eau de la JIRAMA à la maison.
      ahh la fameuse corvée d’eau… j’ai vécu ça aussi chez ma Grand-mère. C’était dur de tirer la corde du puits et les seaux étaient assez lourds pour mes petits bras… mais maintenant quand j’y pense… oui tu as raison… quels bons souvenirs 🙂
      Et merci d’être passée par ici 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *