Meline

A 8 ans, on a volé son enfance

J’ai fait la rencontre d’une fillette plutôt maigre, à peine plus haute que … bref, elle est petite pour son âge. On va l’appeler Méline. Elle a 12 ans. Cette fille ne fréquente plus l’école. Elle vit loin de ses parents et de ses frères et soeurs.  Elle vient de la campagne et habite chez des inconnus. Elle n’est pas là pour des vacances. Méline y travaille en tant que domestique. Lire la suite

sister-526568_1920

Simulacre de mariage pour séparer les jumeaux frère et soeur

Je vous ai déjà parlé du sort des jumeaux de Mananjary.  Les bébés jumeaux sont considérés comme source de malédiction. Autrefois, on les mettait à mort. De nos jours, d’après ce que j’ai entendu dire, ils sont abandonnés par leur famille et finissent dans des centres d’accueil ou dans des familles d’adoption.

Aujourd’hui, je vais parler d’une autre tradition malgache concernant les jumeaux, plus précisément les jumeaux de deux sexes. Selon la culture malgache, le frère et la sœur sont des êtres « mpifady » (personnes tabous). Ils ne doivent pas se voir nus l’un l’autre. Ils ne peuvent pas se marier. En partageant le ventre de leur mère, le frère et la sœur ont pourtant malgré eux transgressé l’interdit. Et toujours selon les croyances, ils risquent de tomber amoureux entre eux plus tard en ayant justement été réunis dans le même utérus.
Lire la suite

7450442322_304dfb8c57_o

Oh, petit peuple malgache, personne ne te protègera

Je suis totalement indignée par les récents évènements malheureux qui se sont produits à Madagascar. Il y a plus d’insécurité que jamais. Et les gens d’en haut au pouvoir ne semblent pas s’en soucier sérieusement.

26 juin vers 19h15, panique sur les réseaux sociaux. Les publications parlent d’un attentat à la grenade à Mahamasina lors d’un spectacle offert pour la célébration de la fête de l’indépendance malgache. Selon l’Express de Madagascar, 2 personnes sont décédées et plus d’une cinquantaine de personnes sont blessées. Lire la suite

Ministre malgache de l'environnement

Interview: COP21, plutôt positive pour Madagascar

Interview de Mr Ralava BEBOARIMISA, Ministre de de l’Environnement, de l’Écologie, de la Mer et des Forêts de Madagascar sur la COP21

Qu’est-ce que vous pensez de ce projet d’accord?

Ce projet d’accord est positif pour nous parce que, comme annoncé ce matin, on va aller jusqu’à 1,5 degré. Et c’est une bonne nouvelle pour Madagascar. Pour un petit état insulaire comme Madagascar, c’est extrêmement important parce que la montée des eaux de l’océan peut être néfaste pour les îles ou îlots comme notre pays.

L’engagement de 100 milliards USD plancher jusqu’à 2020 est également une bonne nouvelle. Et au delà de 2025, il y aura une augmentation de cette contribution. C’est un point important aussi. Lire la suite

Madagascar à la COP21

COP21: Madagascar marque des points

COP21? Engagement-climat? Est-ce réellement une priorité pour un pays comme Madagascar? Des personnes pensent que seule la lutte contre la pauvreté est primordiale.

Moi, je pense que dans un pays où il y a tant à faire, où tout reste à reconstruire, une chose positive de faite est déjà un pas en avant, même si ce n’est pas lié directement à l’économie ou au social.

Lire la suite

DSC_0112.NEF

COP21: de l’espoir pour l’Afrique?

Nous sommes à deux jours de la fin de la COP21 et un suspens insoutenable plane sur la ville: l’accord de Paris sera-t-il signé ou pas ? Beaucoup semblent pessimistes.

Amy Dahan Dalmedico, directeur de recherche au CNRS et directeur-adjoint du Centre Alexandre Koyré : « Là, on est à mi-parcours, je ne sais pas comment ça va se finir. Il faut qu’il y ait une clause de révision des engagements régulières et transparentes. C’est très important. Si on n’y arrive pas cette année, il faudra qu’on revienne à la charge l’année prochaine. Sinon, ce sera toujours un divorce entre les mots et les actes, les paroles et les faits. Il faut qu’on en parle, que les projecteurs soient braqués sur les pays pour voir où est-ce qu’ils en sont, avec les scientifiques qui surveillent. »

Mais qu’est-ce qu’on peut déjà retenir de la COP21? Lire la suite

Hotel Happy Foulpointe Madagascar

Hôtel Happy: un engagement citoyen

Mahavelona, plus connu sous l’appellation « Foulpointe », est une ville située dans la zone littorale est de Madagascar. J’aime bien y passer des vacances pour sa proximité par rapport à Antananarivo (d’où je suis), pour sa plage paisible et pour le coût de la vie qui est plus ou moins abordable. J’y suis allée récemment et j’ai fait la rencontre d’une personne assez unique en son genre: RASOLOARIMANANA Andriamananjara (Njara), gérant/associé de l’hôtel Happy où j’ai séjourné. Lire la suite

Lampe solaire que j'ai vu à l'exposition de CCDA-V

L’Afrique et le défi énergétique

Depuis quelques mois (pour ne pas dire années), la population malgache n’en peut plus des délestages quotidiens. Des délestages qui sont devenus une préoccupation principale des Malgaches, car ils affectent jusqu’à leur subsistance.

J’avoue qu’étant moi-même victime de ces coupures intempestives, j’ai cherché une solution à ce problème en me tournant vers les énergies renouvelables. Jusque-là, je ne me suis pas lancée parce que je trouve que les offres présentes sur le marché sont hors de prix. Le souci ne réside pas dans la question de rendement à long terme mais surtout l’accès onéreux à une énergie propre. Un panneau solaire pour juste deux lampes, la télé et charger un téléphone coûte environ 800 000 ariary. L’électrification de toute la maison (lampe dans chaque pièce, télé, frigo…) peut facilement monter jusqu’à 30 millions d’ariary selon une connaissance.

Je suis actuellement à Victoria Falls, Zimbabwe pour assister à la 5e conférence annuelle sur le changement climatique et le développement en Afrique (CCDA-V). Et durant les différents discours et discussions, on estime à de plus de 500 millions le nombre d’Africains qui n’ont pas accès à l’électricité. Le problème est énorme. D’autant plus, l’électricité pour tous est l’objectif à atteindre en 2030 en Afrique. Lire la suite

Un aperçu d'une parcelle permaculturale

Des paysans malgaches découvrent la permaculture

Comme vous l’avez sans doute remarqué, depuis quelque temps, je me suis intéressée de plus près au changement climatique. J’essaie surtout de partager avec vous les initiatives pour lutter ou diminuer les impacts de ce fléau planétaire. Aujourd’hui, je vais parler d’une technique agricole.

Les 28 et 29 septembre 2015 Ecovillage Madagascar a organisé une initiation de quelques paysans malgaches à la permaculture. J’ai été ravie d’avoir assisté à une partie de cette formation.

Qu’est-ce que la permaculture? Quels sont ses atouts? Lire la suite

Photo: Sophie Mbugua. Avec permission

Afrique : l’agriculture innove, le climat s’améliore

L’agriculture est un des secteurs les plus directement touchés par le changement climatique. Victime de ce fléau planétaire, elle est affectée par la hausse de température et la baisse des précipitations. En même temps, nul ne peut nier que l’agriculture, voire la production agricole à rendement massif, fait aussi partie des causes du changement climatique. En effet, la culture sur brûlis, l’utilisation de pesticides d’engrais inorganiques, entre autres, sont autant de sources d’émission de gaz à effet de serre (GES). Lire la suite

DSC02114

Pourquoi le changement climatique devrait intéresser Madagascar?

Nous sommes dans la dernière ligne droite de la COP21 qui se déroulera à Paris en décembre 2015. La COP est un organe de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) – UNFCC en anglais. Cette convention qui a été adoptée en 1992 à l’issue du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, Brésil, est entrée en vigueur en 1993.

La CCNUCC a pour objectif ultime de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation. Depuis 1995, les 196 pays membres de la CCNUCC se réunissent chaque année aux Conférences des Parties (COP) pour évaluer les progrès en matière de changement climatique. Lire la suite

Crédit photo: Andrew Chale

Médias africains, un maillon du changement climatique

« La couverture médiatique est importante. Tout le monde aura besoin d’en savoir plus sur les changements climatiques. Et les journalistes font partie de la réponse« , a déclaré Anne-Sophie Ricco, responsable de projets / Département Afrique de CFI, une agence française de coopération médias financée par le ministère français des affaires étrangères. A ce propos, CFI a lancé un projet intitulé «Médias 21: Journalisme et changement climatique ». Lire la suite