Articles contenant le tag Mananjary

Tradition: Le sort des jumeaux à Mananjary

 

Photo: France 24

Photo: France 24

Je viens de lire l’article d’une amie Mondoblogueuse « Sylvie et Sylvain ne sont pas des mendiants » qui parle de la tradition dans son pays concernant les jumeaux. L’article m’a fait me rappeler qu’à Mananjary, une région du Sud-Est de Madagascar, les jumeaux sont réputés être maudits.

La dernière fois que je suis allée dans la région remonte à 2004. J’y étais pour accompagner une missionnaire chrétienne. Mon amie et moi rendaient tous les jours visite à diverses associations de la ville. Je ne me doutais pas que j’allais entendre une histoire qui me bouleverserait.

Je ne me rappelle plus très bien de quelle association il s’agissait mais on y a rencontré une dame soucieuse avec deux bébés dans ses bras. Elle venait d’accoucher de jumeaux et s’est enfuie de chez elle pour prendre refuge dans cette association chrétienne. La raison en est simple: les villageois allaient tuer ses bébés.

A Mananjary, depuis toujours, les jumeaux ne sont pas acceptés par la société. La croyance dit qu’un des jumeaux est une « bête » (ou un « démon ») qui apporterait des malédictions dans tout le village. La tradition veut alors qu’on tue la « bête ». Mais comment savoir lequel? Les parents des jumeaux vont consulter un « mpanandro » (sorcier) qui dira qui est à garder et qui ne l’est pas. Certains parents décident de tuer les deux bébés sans consulter de « mpanandro« . J’ai lu dans certains articles que les bébés sont laissés sous les sabots des zébus et que s’ils se font piétiner et meurent, ce sont bien des « démons » mais que s’ils s’en sortent, la malédiction est rompue. Mais j’ai bien peur que cela ne soit confondu avec une autre pratique sur les « teraka alakaosy » (nés sous le signe de alakaosy), des gens qui sont dotés d’une  chance extraordinaire.   La dame nous a raconté une toute autre histoire. Elle nous a dit que les bébés sont placés dans des pirogues et qu’on les laissent être emportés par les vagues  de la mer – qui sont très fortes dans cette zone.

Dès que la nouvelle de la  naissance des jumeaux s’est répandue, la famille, les amis, même le mari et le village en entier ont cherché à les enlever de la dame et à pratiquer la tradition. Mais elle ne voulait pas se séparer de ces enfants, ces petits êtres qui ont grandi dans son ventre pendant neuf mois. Sans préparer de bagages, elle s’est enfuie avec ses jumeaux. Elle a entendu parler de l’association et n’a pas hésité à sonner à leur porte. En tout cas, quand on l’a rencontrée, on a vu qu’on s’est bien occupé d’elle mais la tristesse et la crainte se lisaient encore sur son visage.

J’ai eu du mal à m’endormir la nuit d’après. Je voulais absolument quitter ce village qui vivait encore dans l’ancien temps, dans les croyances ancestrales. Et pourtant, les gens m’avaient bien l’air sympathiques en nous disant « akory » (bonjour de Mananjary) sans même  nous connaître ou quand tout le monde voulait nous offrir du café – une marque d’hospitalité chez eux (je ne bois pas de café mais par politesse, j’ai accepté).

Dans le temps du Président Marc Ravalomanana, un projet de loi a été fait et a suscité la colère des « défendeurs de la tradition de Mananjary ». Ce projet de loi a été réitéré par Mialy Rajoelina, l’épouse de l’actuel président de la Haute Transition. Mais où en est-il exactement de ce projet de législation qui vise à renforcer la protection des jumeaux de Mananjary  et ainsi mettre fin à ces pratiques ancestrales néfastes?

Une autre version sur l’origine de cette pratique est racontée par Zanatany dans « Les jumeaux de Mananjary« . C’est  intéressant à lire.

, , , ,

26 commentaires

Accueil de la plateforme