Articles contenant le tag société

Antananarivo: Chasse aux pisseurs de rue

Un jour, j’ai emmené mon petit frère avec moi pour aller acheter des ceintures de karaté en ville. Il devait avoir 7 ans. A peine les ceintures achetées, voilà que mon frère a eu envie de faire pipi. Panique! Panique! Où peut-il faire son besoin? Pas de pissoir aux alentours. Le plus proche, qu’on surnomme « Métro » car il se trouve dans le sous-sol de l’esplanade d’Analakely, était à 10mn à pied. Mais c’était tout sauf propre. Pas question pour moi d’y mettre les pieds. Je lui ai alors proposé de faire vite derrière une voiture garée à côté. Je lui ai même convaincu que personne ne pouvait le voir. Mais mon frangin ne voulait rien savoir. L’éducation de maman lui interdisait d’uriner n’importe où. Alors aucune discussion possible. Grande sœur, qui n’était encore qu’une pauvre étudiante à l’époque, n’avait qu’une solution: prendre un taxi pour le ramener au plus vite à la maison.

Je me souviens m’être engueulée avec ma mère une fois à la maison. Comme quoi à cause de son éducation, je me suis ruinée en taxi. Mais à bien y réfléchir maintenant, je suis fière que mon frère ne soit pas comme ces pisseurs de rue qui salissent l’environnement. On dirait même qu’il suffit qu’un seul commence à arroser un mur ou un poteau pour que d’autres le suivent. Il arrive très souvent qu’on doit passer à de tels endroits et non seulement ça pue, mais on ne sait plus où mettre les pieds.

Depuis longtemps des avertissements sont laissés sur les murs: « Alika no mamany eo » (Sont des chiens qui pissent là), « Raràna ny mamany eto. Dina  5 000Ar » (Défense d’uriner ici sous peine de payer une amende de 5 000Ar). Plus tard, quelqu’un a même eu l’idée de mettre: « Dina 10 000Ar miampy daroka » (Amende 10 000Ar et des coups). Mais assouvir les besoins de faire pipi semble être plus fort. D’ailleurs, a-t-on déjà réellement vu quelqu’un mettre en application ces messages et réclamer les « dina » ?

2013-08-07 09.32.56

Détrompez-vous les gars de Tanà! Aucune intention de ségréguer ici mais c’est vrai quoi, 99% de ces pisseurs de rue sont des mâles. Je disais donc, faites gaffe! Depuis quelques temps, j’ai remarqué un camion-bus blanc de la police municipale arriver à l’improviste près du pont de Behoririka. Sa mission: embarquer tous ceux qui urinent sur la voie publique. Je ne sais pas ce qui attend ces personnes arrêtées. Seront-elles enfermées pendant 24 heures? 48 heures? Devront-elles payer des amendes? Recevront-elles juste un avertissement pour cette fois? En tout cas, je salue cette initiative. Ces personnes réfléchiront sans doute à deux fois avant de sortir leur engin pour arroser d’autres murs ou trottoirs. Si ces arrestations continuent, du moins dans mon quartier, je pourrai peut-être apprécier un peu mieux ma véranda. Parce que, j’avoue, il y a des moments où les odeurs de pisse arrivent jusque chez moi. C’est insupportable! C’est dégueulasse! C’est révoltant!

Mais pourquoi uriner dans la rue? J’ai demandé à quelques personnes et en gros, les raisons sont les suivantes. Les pissoirs publics sont insuffisants. Le prochain est trop loin. Du coup, quand l’envie est pressante, le coin de la rue aide. D’autres se plaignent des 50Ar et 100Ar qu’il faut payer dans ces WC publics. Ils ne comprennent pas pourquoi on doit payer pour un service public. Et pourtant cette petite somme sert à entretenir les toilettes. En même temps, il ne faut pas s’attendre à une propreté totale hein. Disons que certaines toilettes sont plus ou moins supportables que d’autres. Sinon, certains ont juste répondu: par mauvaise habitude (avec un petit sourire aux lèvres).

Il fait assez froid actuellement dans la capitale. Et on comprend que les envies d’uriner deviennent plus fréquentes. Mais attention, la chasse aux « arroseurs » de rue est ouverte! D’ailleurs, hier, elle a été bonne pour la police municipale. J’ai pu compter une dizaine de personnes embarquées dans le camion-bus.

 

, , , , ,

6 commentaires

Enfants de pauvres et la débrouille

Il n’est pas rare de voir des enfants mendier dans les rues de Tanà (diminutif d’Antananarivo). C’est quelque chose que je n’aime pas admettre mais, malheureusement, le fait est là.

Une amie belge qui passe souvent à Madagascar se plaint. Elle déteste quand ces mendiants de la capitale la suivent sur un bout de chemin et insistent pour qu’elle sorte la monnaie. Je suppose qu’elle n’est pas la seule à trouver cette situation triste mais aussi désagréable.

Donner de l’argent à ces gosses qui mendient ou pas?

Beaucoup disent qu’il ne faut pas donner des sous à ces enfants des rues pour ne pas favoriser la mendicité. Je suis d’accord avec ce principe. Et pourtant, étant maman, j’arrive très rarement à résister. Je suis loin d’être un parent riche mais, comparé à ces enfants, mon fils est privilégié. C’est ce qui me fend le cœur et m’oblige à ouvrir mon porte-monnaie en attendant de trouver de vraies solutions pour ces gens.

J’ai entendu dire qu’il y a des enfants qui vont en groupe. Et pendant que les autres vous supplient « Donnez-nous de l’argent, s’il vous plait Monsieur ou Madame », d’autres vous volent vos affaires. Alors, il faut faire gaffe.

Aujourd’hui, je vais plutôt vous parler d’enfants qui se débrouillent autrement pour se faire un peu d’argent de poche. Enfin, c’est surtout pour gagner de l’argent et aider les parents.

Tarika Mainty

Tarika Mainty

Jeudi dernier (16 mai 2013) vers midi, j’ai fait la connaissance de trois garçons d’une dizaine d’années du groupe « Mainty » (Noir). Fabrice est à la batterie, Christian fait du bruit avec une corne (comme celle qu’on utilise pendant les fêtes d’anniversaire) et Cédric danse. Ils offrent des petits spectacles de rue en faisant le tour des quartiers du centre-ville. Ce jour là, ils se sont arrêtés dans le quartier de Behoririka.

Fabrice affirme avoir fabriqué lui-même la batterie mais je me doute bien qu’il y ait été aidé. En tout cas, les passants, qui se sont arrêtés pour le spectacle, ont remarqué cette batterie bien originale.

Batterie made by Tarika Mainty

En parlant à ces gars, j’apprends qu’ils ont fait ce petit métier depuis 2010. Et j’ai été quelque peu rassurée quand ils m’ont dit qu’ils ne le font qu’en dehors des heures de classe.

« Il ne faut pas voler. Ce n’est pas bien. Il faut toujours gagner de l’argent honnêtement. »

C’est le message que Fabrice, sûrement le chef de la bande, tient absolument à faire passer. Mignon, n’est-ce pas?

A chacun son show

Pauvreté oblige, Fabrice et compagnie ne sont pas les seuls enfants qui font des spectacles de rue.

En novembre 2008, j’ai parlé d’un petit gars et son spectacle de cirque [EN] sur mon premier blog. Il a d’abord joué avec un minuscule serpent. Ensuite, il a fait des acrobaties.

En janvier 2009, j’ai parlé de Rado [EN], un jeune gars de 14 ans à l’époque. Sur l’escalier d’Antaninarenina, avec son « kabosy » (une guitare), il chantait des cantiques. « Je préfère chanter que tout simplement mendier », a-t-il dit.

Au début, Rado venait chanter seulement les après-midi quand il n’avait pas cours. Malheureusement, depuis la mort de son père, il a du abandonner les bancs de l’école. Toute seule, sa mère ne pouvait plus subvenir aux besoins de la famille.

Rado avait un rêve: trouver un meilleur boulot. Ça fait un bon bout de temps que je ne l’ai plus revu sur l’escalier d’Antaninarenina. Je me demande ce qu’il est devenu. J’espère qu’il gagne mieux sa vie.

Ce ne sont que des gosses et ils connaissent déjà la misère. C’est bien triste. Mais tout n’est pas noir. Quand ces enfants se débrouillent également pour fabriquer leurs propres jouets, je ne sais pas pour vous, mais moi, je trouve ça formidable.

, , , , , , ,

12 commentaires

Emballer des cadeaux est un métier à Madagascar

Aujourd’hui, j’ai acheté un cadeau pour mon fils qui soufflera sa première bougie demain. Mon petit cœur de maman s’emballe déjà. Mais ce n’est pas de son anniversaire qu’on va parler ici. Je vais plutôt vous partager l’histoire de Razafindrakoto Olga [Juste pour info, le nom passe avant le prénom à Madagascar]. Ce nom ne vous dit rien? C’est normal, ce n’est pas une grande star. Ces clients adeptes ne peuvent pourtant pas se passer d’elle d’après Olga.
Olga, emballeuse de cadeaux
J’ai rencontré Olga ce matin. Après avoir acheté un jouet pour mon fils, je cherchais une personne qui pourrait emballer le cadeau. Et c’est sur Olga que je suis tombée. En effet, dans les rues d’Antananarivo, on trouve des gens qui emballent les cadeaux. La plupart du temps, c’est un petit plus à leur travail de vendeur de chaussures, de vaisselles ou autres. La différence avec Olga, c’est qu’elle ne fait qu’emballer les cadeaux.

En attendant qu’elle finisse le paquet de mon fils, j’ai un peu discuté avec elle. J’apprends alors que cette quinquagénaire est mère de 7 enfants. Son mari est décédé en 2008. Depuis, elle élève seule ses 2 dernières filles qui sont encore au lycée. Ça fait maintenant 9 ans qu’elle fait ce métier d’emballeur de cadeaux. Elle habite à Ambohimanambola, à 10 km de son lieu de travail. C’est à Analakely, plein centre-ville d’Antananarivo, où elle a trouvé un petit emplacement fixe devant un magasin . Elle s’y rend 6 jours sur 7. « Je réserve le dimanche pour l’église », dit-elle.

« Il n’y a pas de travail qui n’arrive pas à subvenir à tes besoins », dit Olga, « tu dois juste y mettre tout ton cœur, ta force et ton courage ». Elle me confie qu’elle gagne aux alentours de 10 000Ariary (1 Euro = à peu près 2 700Ariary) par jour. Les vendredis et samedis, ça peut aller jusqu’à 14 000Ariary. Pour le cadeau d’aujourd’hui, par exemple, j’ai payé 1 500 Ariary.

C’est pendant les fêtes que son affaire marche le plus (fête des mères, fête des pères, noël…). Cette année, Olga a fait 120 000Ar de recettes la semaine de la fête des mères. Elle a dit que les années précédentes, elle a gagné encore plus. C’est à ces occasions qu’elle s’offre des choses comme un poste téléviseur, par exemple.

Il y a neuf ans, elle vendait des ustensiles de cuisine à Tsaralalàna. Les autres vendeurs à côté d’elle emballaient aussi les cadeaux. C’était la fête des mères. Les clients affluaient et les emballeurs de cadeaux n’arrivaient pas à suivre. Elle a décidé de les aider. Elle a alors fait une formation vite-fait sur le tas. Depuis, elle a arrêté de vendre et se focalise sur l’emballage de cadeaux. Elle explique qu’elle n’a pas besoin de grand investissement. « En plus, j’adore ce travail », ajoute Olga.

Le problème c’est qu’elle travaille dans la rue et que le « Fivondronana » (des agents de la Commune) menace toujours de ramasser ses affaires s’il elle ne quitte pas les lieux. Elle a déjà été saisie 2 fois. Olga a alors perdu son seau avec ses papiers cadeaux, nœuds, rubans adhésifs et ciseaux. « Mais je reviens toujours ici car j’y ai déjà une clientèle d’habitués », explique-t-elle.

Quand il s’agit d’emballer les cadeaux, je suis assez maladroite. Du coup, pour avoir un joli paquet, j’ai recours au service des gens comme Olga. En tout cas, cette dame m’avait l’air très sympathique. J’y reviendrai sûrement les prochaines fois.

 

 

, , , , , , , ,

3 commentaires

Ezaka, vendeur ambulant de téléphones portables

Je viens de faire la connaissance de Ezaka Nomenjanahary. C’est le nom d’un jeune homme vendeur ambulant de téléphones portables. Pour information, « Ezaka » veut dire effort et « Nomenjanahary », donné par Dieu. Bref, je ne suis pas là pour parler de son nom. Si j’ai voulu l’interviewer, c’était pour le travail qu’il fait.

J’avoue que j’ai eu du mal à le convaincre d’être pris en photo. Je crois deviner pourquoi mais je n’en suis pas sûre. Mais quand je lui ai montré la photo que j’ai prise, il a dit que ce serait nul de gâcher la photo avec une bande noire sur les yeux; alors il m’a donné son accord pour que je publie la photo telle que vous la voyez.

Ezaka a exercé ce métier pendant maintenant trois ans. Ils achètent des téléphones présentant des défauts chez les Chinois, les  réparent et les revendent à un prix moins élevé que celui des magasins. Il achète par exemple un téléphone ZTE à 7 000 Ariary pour le revendre à 9 000 Ariary si dans un magasin, il devrait se vendre à 20 000 Ariary. Souvent des passants lui proposent aussi des téléphones usés. Quelque fois, il reprend les téléphones de ces autres amis vendeurs ambulants comme lui.

D’après Ezaka, vendre dans la rue ne nécessite pas beaucoup d’investissements et permet de se rapprocher plus des clients. Il y a certaines catégories de clients qui ont peur des magasins. Il peut vendre 3 à 5 téléphones par jour; ce qui lui permet de gagner à peu près 10 000 Ariary par jour. Pour l’instant, cet argent lui suffit pour ces petits besoins personnels puisqu’il vit encore chez ses parents. Cependant, il souhaiterai trouver un autre emploi pour plus tard quand il aura son propre foyer. Vu qu’il n’a pas vraiment le choix, il gardera encore ce travail pour un bout de temps.

La plus grosse crainte de ce jeune homme est l’arrivée à l’improviste des « Fivondronana » – policiers communaux qui ramassent toutes marchandises étalées sur les trottoirs ou la chaussée. Ces marchandises sont récupérables mais à un prix plus élevé que leurs prix de revient alors il préfère les abandonner et redémarrer avec de nouveaux produits. Il a été victime de ce ramassage 6 fois déjà.

Il dit qu’il a le coeur qui bât très fort à cause de mon interview alors je l’ai remercié et suis partie pour le laisser respirer :D

, , , ,

17 commentaires

Taxis-phone

Presque tout le monde a un téléphone mobile voire 2 ou 3 à Madagascar (un téléphone pour chaque opérateur); du moins les habitants des grandes villes. Les plus grands opérateurs en téléphonie mobile sont Orange, Telma et Zain; ce dernier est en train de migrer vers Airtel. Deux autres opérateurs, Blueline et Life, viennent de naître et apparemment ont un peu du mal à s’intégrer.

Avoir 2 ou 3 téléphones en poche n’empêche en rien les taxis-phone de marcher. Tout d’abord, qu’est-ce qu’un « Taxi-phone »? C’est un endroit où on peut passer des appels téléphoniques. Dans tous les coins de rue, il y a au moins un Taxi-Phone. Ils sont facilement repérables par leur grand parasol et leurs couleurs jaune ou orange fluorescentes et attrayantes. Ils sont là avec leur tabouret , petite table spécialement conçue pour ce business et bien entendu des téléphones portables. Ces Taxis-phone rendent service à bien des gens en vendant des cartes de recharges et des appels téléphoniques et surtout, ils ne sont jamais bien loin.

Le coût des appels téléphoniques avec les Taxis-phone est très réduit. Prenons mon cas comme exemple. Avec mon opérateur Zain, euh… Airtel :D , le coût d’une minute d’appel vers le même opérateur m’est facturé à  438 Ariary et vers un autre opérateur à 570 Ariary. Or, aux Taxis-phone, les appels téléphoniques vers Airtel coutent 100 Ariary la minute, et vers Telma et Orange, 200 Ariary la minute. Vous comprendrez pourquoi les gens se ruent vers les Taxis-phone pour passer des appels téléphoniques. Du coup, les téléphones portables servent surtout à recevoir des appels.

, , , ,

17 commentaires

Accueil de la plateforme