Le travail du sexe n’est-il plus tabou à Madagascar?

Article : Le travail du sexe n’est-il plus tabou à Madagascar?
Étiquettes
25 février 2011

Le travail du sexe n’est-il plus tabou à Madagascar?

Quand j’étais enfant, de temps à autre, mes parents nous emmenaient faire un petit tour de la ville pour voir Tanà la nuit. Notre endroit favori était le quartier appelé La Haute où l’on admirait les lumières de la capitale. Sinon, je me souviens qu’on passait aussi par les quartiers où j’ai remarqué des prostituées dans leurs petites tenues sexy essayant tant bien que mal de cacher leur visage pour qu’on ne puisse pas les reconnaitre. (N’empêche que certains des clients qui se seraient rapprochés les auraient sûrement reconnus).

Depuis, les temps ont changé. Plein de choses ont si vite évolué dans la vie des Malgaches. L’arrivée des nouvelles technologies, par exemple. Maintenant presque tous les jeunes adolescents ont leur propre téléphone portable souvent de dernier cri. Bref, le travail du sexe a également évolué. Le premier changement remarqué a été, je crois, l’arrivée des hommes (travestis) dans ce métier. Les travailleurs du sexe se sont « partagés » les emplacements entre eux (enfin, je suppose) parce qu’il y a un coin spécial pour les hommes et d’autres coins pour les femmes.  Ils se départagent même entre plus cher et moins cher. Ce sont des amis « habitués » qui m’ont expliqué.

Le deuxième changement que j’ai remarqué aussi est la naissance de plusieurs agences de prostitution dans le pays. Ces agences s’enregistrent en tant que « salons de massage ». Un ami, réceptionniste dans un grand hôtel à Tana, nous a fait savoir que l’hôtel où il travaille a déjà une sorte d’annuaire pour consulter le contact,  les services et le tarif de ces différents agences. Sinon, c’est toujours l’ami qui raconte, une fois le travail effectué, les « masseuses » passent à la réception et laissent leur carte de visite personnelle pour que, les prochaines fois, l’hôtel les appelle directement sans passer par les agences. C’est sûrement de là que les annonces de ce genre de service se multiplient de jour en jour dans les journaux locaux. Les jeunes femmes se ruent vers ce service de « massage » utilisant toutes sortes d’adjectifs qualificatifs  pour charmer la clientèle mais aussi pour battre la forte concurrence. Bon, j’ai dit « femmes » mais, en feuilletant les pages des journaux pour cet article, j’ai lu aussi une annonce certainement d’un homme.

Ce n’est pas tout. Dans les sites d’offres d’emploi gratuites maintenant, genre Jobmada  sur Moov Madagascar, il y a des agences « d’escort girl  » qui recrutent. Les filles recrutées travailleront pour des clients haut-de-gamme. Et la compensation va sans dire. L’heure [une petite correction] La journée est à 200 000 Ariary. C’est une bien grosse somme pour les Malgaches  qui  sont très nombreux à ne pas gagner cette somme en un mois. En Euros, ça fait à peu près 72,45. J’ai visité un de leurs sites web; chaque « agent » a un profil qui y est publié et avec les « talents » spécifiques de chacune. Quand j’ai dit évolué, je n’arrivais pas à croire que de là à se cacher le visage, les prostituées s’affichent maintenant aux yeux de tous… enfin… des visiteurs de ces sites.

Mon mari et moi étions récemment à Tamatave, une province sur la côte est de Madagascar. On était en train d’apprécier un bon jus de coco au bord de la mer. Il devait être 19 heures. Et voilà qu’en face de nous, une  4×4 se gara et quelques hommes chinois en sont sortis. A peine ont-ils mis pieds à terre qu’une ruée de prostituées les ont envahis. Il fallait le voir pour le croire. Elles se disputaient presque. Pas de chance pour elles, ces gars là n’étaient pas intéressés.

La meilleure? L’histoire s’est toujours passée à Tamatave. Un des collègues de mon mari (j’espère qu’il ne tombera pas sur cet article 😀 ) a ramené une très jeune fille à son bungalow. A peine si elle avait 18 ans, je dirai. Une petite jeune fille, assez jolie dont vous ne vous douteriez pas du tout si vous la rencontriez dans la rue. Et comment cet homme l’a déniché figurez-vous?… Facebook… Elle a un compte sur facebook où, selon ce collègue de mon mari, elle invite des tas d’hommes, elle publie des photos qui les font craquer et bien entendu, les invitent à « goûter » à ses services (payants bien sûr). Le rendez-vous a été même fixé depuis Antananarivo.

Est-ce  le monde qui change? Est-ce l’envie de survivre qui a entraîné tout ceci? Ou est-ce que le travail du sexe n’est tout simplement plus tabou?

Partagez

Commentaires

martina
Répondre

comme toujours un article très interessant! mci ariniaina!

ariniaina
Répondre

Merci Martina :)

Andriamihaj
Répondre

Je dirais que le monde change mais il faut avouer que les temps sont durs et tout le monde (ou presque) ne cherche qu'à survivre.
Si le "massage" n'est plus tabou, c'est que les temps sont révolus, bien sûr il y a la technologie et peut-être aussi la mondialisation!
200 000 ariary l'heure!!! ça doit être du travail bien fait :D
et j'espère pour toi que ton pote ne va pas tomber sur ton blog :D :D

ariniaina
Répondre

Il y a des gens qui ont fait des grandes écoles mais qui tombent facilement sous le charme de cette somme et choisissent ce métier. Elles s'imaginent mal s'assoir dans un bureau 8h par jour pour gagner combien à la fin du mois? 300 000? 400 000?

Sinon, le p'tit gars devrait être content finalement puisqu'il a permis de filer un tuyau pour ce blog hé :D et que je le remercie :D

prettyzoely
Répondre

les temps changent et heureusement ! j'espère tout simplement que ces travailleurs du sexe font bien attention quant aux MST, Sida, etc...

à 200 000 ariary de l'heure, je comprends que les gens préfèrent faire cela, par les temps durs qui courent mais en même temps, c'est dommage qu'il faille passer par ça...Il n'y a pas de sot métier dit-on...

ariniaina
Répondre

Je doute fort qu'ils se protègent :(

Ameth DIA
Répondre

Avec cette évolution technologique chacun l'utilise selon ses besoins. Mais je suis quand même surpris de voir de tel annonce passer dans des journaux. Chez nous c'est encore un tabou et c'est tant mieux pour tout le monde.

ariniaina
Répondre

Je pense que les journaux font semblant de ne pas deviner ce qu'il y a derrière les annonces. J'espère que le virus n'arrivera pas chez toi.

Charles Lebon
Répondre

Je suis vraiment attristé à la lecture de ton article. Mais ainsi va le monde. C'est un moindre mal que la prostitution!

ariniaina
Répondre

Et oui, ainsi va le monde. Et on n'y peut rien malheureusement. De toute manière chacun est bien occupé à sa petite besogne et tout le monde fait ce qu'il peut pour s'en sortir [soupir]

Shilo MM
Répondre

Tu sais ariniaina, l'histoire est à déplorer parce que c'est pas notre culture, moi en Russie je vis l'enfer où tout est disponible moyennant quelques petits billets...

ariniaina
Répondre

C'est ce qu'on appelle "choc culturel" j'imagine.

René Jackson Nkowa
Répondre

C'est le plus vieux métier du monde, on peut les comprendre. C'est devenu très difficile de s'en sortir de nos jours et ces filles n'ont très souvent pas d'autres moyens de survie que leur corps... Malheureusement!

ariniaina
Répondre

euh... Juste une petite remarque Jackson, on a toujours tendance à associer les femmes au métier de prostitution mais il ne faut pas oublier que les hommes n'en sont plus exclus de nos jours ;)

Charles Lebon
Répondre

Ah, Aria! je veux ajouté que cette prostitution est ce qui nous saute aux yeux. Mais ici à Lomé, il y a des filles, très souvent des élèves et étudiantes, qui ne s'affichent pas "officiellement". Mais leur vie n'a d'autre qualificatif que le mot prostitution.
Celles qui s'adonnent donc ouvertement sont je crois bcp plus cohérentes avec elles-mêmes!

ariniaina
Répondre

Ah, oui. Merci pour ce petit rappel. C'est vrai, il y a des petites jeunes collégiennes et lycéennes qui s'y mettent. Souvent c'est pour pouvoir s'offrir de nouvelles modes que les parents ne peuvent pas acheter.

lalaina
Répondre

le monde change et c'est triste de voir des jeunes filles faire le trottoir ou se cachant derrière un soit disant "massage" mais ce qui est plus désolant c'est de savoir que bon nombre d'entre elles le font pour pouvoir s'offrir des dernières tendances côté mode !!

hery
Répondre

tu dois rester tjs tout près de ton mari alors surtout lors d'une mission en provinces sinon il sera sous la main d'une jeune et jolie jeune fille comme tu le dis et tu sera oubliée vite fait :-) lol !
c'est cool ton blog !!!

ariniaina
Répondre

Merci d'être passé par ici Hery :)
bah, primo je lui fais confiance; secondo, il ne m'oubliera pas :D (enfin, j'espère ;) )

Rita
Répondre

Bonjour .je suis interressé

Laetitia
Répondre

Je lis votre article de France ....Il est choquant pour ma part.

Les droits de l'enfants doivent être respectés il est triste de lire ceci ......

ariniaina
Répondre

Merci Laeticia

Je n'ai pas cherché à choquer qui que ce soit. Je voulais juste partager les faits qui se passent dans mon pays. Je suis désolée que cela vous ait choqué.

Pour ce qui est des droits des enfants, j'en suis une militante. Rassurez-vous, le sujet ici n'évoque pas d'enfants, pas de mineurs en tout cas. Il y a sûrement des cas où des mineurs se prostituent mais je n'ai pas plus d'informations là-dessus et ai préféré ne pas en parler.

bertho
Répondre

c'est bien de dire tout haut ce que les autres disent bas, Bravo Ariniaina

ariniaina
Répondre

Merci Bertho

ikalakely
Répondre

Pour réagir à cet article très intéressant. A mon avis je c'est le contexte économique qui peut permettre cela. Pas besoin de se cacher puisque tout le monde est dans la galère. Pourquoi rester derrière un bureau quand on peut gagner vite en quelque temps. Les JH et les JF se vantent ensuite auprès des amis qui eux galèrent à la fin du mois!
Ce qui est flagrant c'est d'utiliser les réseaux sociaux comme moyen de trouver des clients, c'est désolant et je crois que la sensibilisation doit être très forte sur ce côté.
Ce qui est nouveau aussi ce sont les agences de prostitution. cela veut tout simplement dire que le métier s'officialise. J'espère tout simplement qu'il accompagne ces jeunes gens dans la protection (santé, juridique, etc) et pas que
Bref..merci pour ce topo

ariniaina
Répondre

Merci Ikalakely. Bref, disons juste que le monde évolue :D
Sinon, je ne pense pas que le métier s'est officialisé pour autant et que les "agents" se protègent. Je crois que l'Etat fait semblant de fermer les yeux à ce propos.

1975jmr / jmrolland / 侯壮马
Répondre

Pour l'agence d'escort girl qui a fait sensation sur Tana en septembre 2010, lire la rubrique minutes de l'express de samedi 19 novembre... 2 vazaha arrêtés pour proxénétisme en ligne, mis en détention provisoire... En espérant que ce genre de fléau disparaisse...

yvantsoa
Répondre

Les agences de massage pullulent dans toutes les villes de Mada et il y a certainement des raisons pour que cela arrive. On se demande bien s'il n'y a pas de loi ou de règles en vigueur les concernant! Certes ce sont des ressources faciles pour les jeunes filles sans diplômes (car ce métier n'en exige aucun), mais est-ce une solution pour aider ces pauvres filles? Je crois que le problème n'a presque plus de lien avec l'éducation. Tout le monde sait que les malgaches sont des gens strictes au niveau de l'éducation surtout des filles. Tout est désormais lié aux problèmes économiques. Tout le monde essaie tant bien que mal de s'en sortir. Si avant les parents étaient sévères, aujourd'hui ils poussent leurs progénitures à se vendre pour ne pas dire se prostituer pour mieux vivre! et je me demande bien où va-t-on comme ça?

makorely
Répondre

Si vous avez pitié d'elles donnez leur tous vos richesses pour qu'ils abadonnent le metier auquel vous les reprochez tant.Sinon fermez vos guelles.

japhet
Répondre

Salut, j'suis Gabonais et j'aime Mada. dommage que trop d'instabilité aient réduit ce si belle, rississime et attractive grande île en état de quasi pauvreté..je correspond d'ailleurs avec de belles Malagaches , en vue peut-être de vie commune un jour, vue je compte m'y rendre un jour. cependant, sortir de galère n'est pas forcémént avec un Vahaza comme on appelle les ''Blancs'' labas, car de vieux Européens ou Occidentaux, en mal de sansation et de regénérescence, ont les moyens de vivre à mada comme bien d'autres endroits dans le 1/3 monde, les vices et lubies souvent coûteux chez eux..

j
Répondre

j'aimerais connaitre des filles pour leur en parler

Christian R.
Répondre

Bien que cet article date d'il y a quelques années, c'est maintenant que je l'ai vu. Bravo en tout cas pour Ariniaina, c'est bien écrit et expliqué.

Etant Consultant travaillant souvent dans les Régions de Madagascar, je confirme tout ce qui est dit. Avec quelques nuances, puisque la prostitution était déjà omniprésente dans les Provinces, même avant les périodes de crises politiques traversées par le pays. Il y a même une ville où presque le quart des jeunes filles de la ville se prostituent !

C'est surtout à Tana (la capitale) que le phénomène des "salons de massage" (qui n'a pas vraiment existé auparavant) et autres formes de prostitution (facebook, sites de rencontres, Vidy varotra, ...) s'est accentué après les crises de 2002, 2009 - et qui n'a plus de limite de nos jours.

La prostitution, tout comme les cambriolages, vols, rackets en tout genre, viols, dahalo, meurtres, ont pris de l'ampleur après les différentes crises.

De 2001 à nos jours, la mentalité des Malgaches s'est beaucoup détérioré.

Les Malgaches ont perdu tout sens du Fihavanana. Même les personnes de même famille ne s'entraident plus comme dans le passé. Au contraire, chacun essaie de surpasser l'autre pour mieux montrer sa grandeur !

Aujourd'hui, les jeunes (de Mada et aussi d'ailleurs !) ignorent les grandes personnes, mêmes leurs propres parents. Et les grandes personnes, surtout avec de Hauts emplois, ne donnent pas toujours le bon exemple (beaucoup sont corrompus, volent, profitent de leurs positions).

Certains Dirigeants d'Eglise dérivent de leurs objectifs et de ce que la vraie Religion attend d'eux.

Nombreux Politiciens ? j'en passe !

Bref, le pays est au plus mal et seul, peut-être, la main de Dieu peut faire quelque chose !!

Par dessus tout, les responsables ont du mal a redresser l'économie nationale ravagée durant les crises successives.
Les emplois sont surtout créés dans le Secteur privé. Le nombre de créations d'emploi est insuffisant et souvent la formation suivie - même universitaire - n'est pas adéquate aux emplois qui se créent.

Tout ce cocktail fait que les jeunes (JF ou JH, mais pas seulement !) perdent tout sens des valeurs et tout sens de l'orientation.

En fin de compte, la prostitution est un moyen de survie pour les vrais "sans emplois" et un moyen de s'offrir du "luxe" pour les jeunes filles hors de contrôle des parents.

Et comme il n'y a plus grand chose à perdre, le tabou disparaît !