Tradition: Le sort des jumeaux à Mananjary

Je viens de lire l’article d’une amie Mondoblogueuse « Sylvie et Sylvain ne sont pas des mendiants » qui parle de la tradition dans son pays concernant les jumeaux. L’article m’a fait me rappeler qu’à Mananjary, une région du Sud-Est de Madagascar, les jumeaux sont réputés être maudits.

La dernière fois que je suis allée dans la région remonte à 2004. J’y étais pour accompagner une missionnaire chrétienne. Mon amie et moi rendaient tous les jours visite à diverses associations de la ville. Je ne me doutais pas que j’allais entendre une histoire qui me bouleverserait.

Je ne me rappelle plus très bien de quelle association il s’agissait mais on y a rencontré une dame soucieuse avec deux bébés dans ses bras. Elle venait d’accoucher de jumeaux et s’est enfuie de chez elle pour prendre refuge dans cette association chrétienne. La raison en est simple: les villageois allaient tuer ses bébés.

A Mananjary, depuis toujours, les jumeaux ne sont pas acceptés par la société. La croyance dit qu’un des jumeaux est une « bête » (ou un « démon ») qui apporterait des malédictions dans tout le village. La tradition veut alors qu’on tue la « bête ». Mais comment savoir lequel? Les parents des jumeaux vont consulter un « mpanandro » (sorcier) qui dira qui est à garder et qui ne l’est pas. Certains parents décident de tuer les deux bébés sans consulter de « mpanandro« . J’ai lu dans certains articles que les bébés sont laissés sous les sabots des zébus et que s’ils se font piétiner et meurent, ce sont bien des « démons » mais que s’ils s’en sortent, la malédiction est rompue. Mais j’ai bien peur que cela ne soit confondu avec une autre pratique sur les « teraka alakaosy » (nés sous le signe de alakaosy), des gens qui sont dotés d’une  chance extraordinaire.   La dame nous a raconté une toute autre histoire. Elle nous a dit que les bébés sont placés dans des pirogues et qu’on les laissent être emportés par les vagues  de la mer – qui sont très fortes dans cette zone.

Dès que la nouvelle de la  naissance des jumeaux s’est répandue, la famille, les amis, même le mari et le village en entier ont cherché à les enlever de la dame et à pratiquer la tradition. Mais elle ne voulait pas se séparer de ces enfants, ces petits êtres qui ont grandi dans son ventre pendant neuf mois. Sans préparer de bagages, elle s’est enfuie avec ses jumeaux. Elle a entendu parler de l’association et n’a pas hésité à sonner à leur porte. En tout cas, quand on l’a rencontrée, on a vu qu’on s’est bien occupé d’elle mais la tristesse et la crainte se lisaient encore sur son visage.

J’ai eu du mal à m’endormir la nuit d’après. Je voulais absolument quitter ce village qui vivait encore dans l’ancien temps, dans les croyances ancestrales. Et pourtant, les gens m’avaient bien l’air sympathiques en nous disant « akory » (bonjour de Mananjary) sans même  nous connaître ou quand tout le monde voulait nous offrir du café – une marque d’hospitalité chez eux (je ne bois pas de café mais par politesse, j’ai accepté).

Dans le temps du Président Marc Ravalomanana, un projet de loi a été fait et a suscité la colère des « défendeurs de la tradition de Mananjary ». Ce projet de loi a été réitéré par Mialy Rajoelina, l’épouse de l’actuel président de la Haute Transition. Mais où en est-il exactement de ce projet de législation qui vise à renforcer la protection des jumeaux de Mananjary  et ainsi mettre fin à ces pratiques ancestrales néfastes?

Une autre version sur l’origine de cette pratique est racontée par Zanatany dans « Les jumeaux de Mananjary« . C’est  intéressant à lire.

The following two tabs change content below.
Jeune femme, maman, malgache, blogueuse, citoyen journaliste, photographe amatrice passionnée

Derniers articles parariniaina (voir tous)

27 réflexions sur “Tradition: Le sort des jumeaux à Mananjary

  1. Intéressant ton article Ariniaina!! Oui j’ai entendu parler du cas de Mananjary! C’est vraiment injuste! Je suis partisan des coutumes mais en connaissant l’existence de telles choses, je me demande si je veux continuer à l’être!
    Des sensibilisations peuvent résoudre le problème et je ne sais pas s’il existe à Mananjary des intellectuels ou des associations qui peuvent expliquer aux habitants que les jumeaux sont comme tous les autres!!

  2. Effectivement en lisant le billet de Coulibaly sur le blog sources et ressources, j’ai consaté que tu as laisse un commentaire parlant de ça. Au Burkina, une pratique du même genre existait. Cela consistait à laisser les jumeaux dans une termitière sous le soleil. Les enfants étaient bouffer par les termites…

  3. Chez nous les jumeaux c’est une richesse. On les aime. Votre histoire me rappel la vie en Arabie avant l’arrivée de l’islam où les femmes sont tuées dès leur naissance. Le fait de mettre les enfants dans une pirogue se fait dans certaines zone au Niger mais pas avec la même vision. Chez les sorko une ethnie pêcheurs le bébé passe la nuit au bord du fleuve

  4. Bonsoir, j’ai vu que vous étiez passé faire une petite visite sur mon blog et vous en remercie.Il ne faut pas penser que les jumeaux soient abandonnés à leur triste sort, beaucoup d’associations et de personnes influentes s’intéressent aux jumeaux, les choses ont évoluées mais le problème est loin d’être « réglé ». En effet la parole et l’influence des chefs coutumiers est très importante et rien ne se fait sans eux.Un important travail sur le terrain est effectué pour soutenir les familles qui décident de garder leurs enfants…

  5. Merci bien Ariniaina pour avoir fait sortir de l’ombre l’inacceptable.
    Chinoua Achebe en parlait aussi dans son roman Le monde s’effondre.
    Cependant pour combattre ces faits il va falloir qu’on s’efforce de comprendre les auteurs de ces infanticides.
    N’oublions pas que ce n’est qu’une concéquence des logiques dérivant de la représentation cosmologique de certaines cultures. C’est un fait qui fait parti d’une pensée totalisante. Il faudrait donc qu’on puisse renter dans ces représentations et les comprendre. Ce n’est ainsi qu’on pourra vraiment trouver des argument solide pour convaincre les détenteurs de ces coutumes. Criez au scandale au nom des « Droits de l’homme » qui ne représente rien dans la logique de ces peuples, n’aidera pas efficacement à extirquer d’abord la croyance en des supposer malédiction apporter par les jumeaux.
    Je vous promet de vous présenter bientôt un article sur la représentation des jumeaux dans la pensée cosmologique (dans une perspective anthropologique) des Ewé de chez nous. Peut être que cela apportera un éclairage sur le phénomène.

  6. merci Ari pour ce cours de tradition bien de chez nous; je ne savais pas pour les jumeaux par contre pour le terak’alakosy j’en avais eu vent; eh ben ce n’est pas gagné tous ça

  7. de mon point de vue cela est certainement due a l’ignorance,c’est comme un héritage laisser par la génération passée et doit se transmettre de génération en génération donc seule la sensibilisation peut éradiquer ces genres de croyances qui sont aussi parfois appuyer par les  »nouvelles religions ». Chez moi au Tchad c’est pareille et comme partout ailleurs on trouve toutes sortes de croyances difficiles à expliquer. Merci

  8. Cet article m’a permis d’éclaircir mes connaissances sur cette tradition car je suis d’origine malgache et j’ai été abandonnée à cause de cette coutume, puis adoptée aux alentours de mes 1 ans. Je suis contente d’avoir la vie que je mène, mais j’aurais bien aimé connaître ou voir au moins une fois mes vrais parents.

    • Bonjour Maya,
      je comprends tout à fait ton souhait de rencontrer tes parents biologiques. J’espère que tu auras cette chance. C’est déjà bien que tu connaisses d’où tu viens et que tu essaies d’apprendre ses cultures et histoire. Je suis contente que mon blog t’ait un peu appris sur Madagascar.
      Bien à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *