Présidentielle malgache: Les politiciens jouent avec le pays

Quand est-ce que Madagascar aura une élection présidentielle? Cette question m’a été posée plusieurs fois par des amis de l’étranger. Je répondais toujours en rigolant sarcastiquement: « Jamais » ou « C’est quoi une élection présidentielle? » pour ne pas dire « Euh… je n’en ai aucune idée. Honte à mon pays » . Maintenant je peux avancer des dates: 24 juillet 2013 pour le premier tour (si au départ, l’élection était prévue pour le 8 mai) et 25 septembre pour le second tour.  Bon, l’élection présidentielle a bien démarré cette fois. J’ai dit « bien » ? Non, non, pas si bien que ça.

Andry Rajoelina

Andry Rajoelina

La clôture du dépôt des candidatures pour l’élection présidentielle a eu lieu le 28 avril. Avec 49 dossiers de demandes de candidature reçus par la Commission électorale spéciale (CES), la Grande Île détient un record.

« J’espère qu’il y aura vraiment élection et en bonne et due forme d’ailleurs. Qu’il y aura plus de 30 candidats, c’est la démocratie, qu’ils se présentent tous mais l’usage des bulletins uniques sera vraiment drôle. »

Un commentaire lu sur le billet « Seras-tu le prochain Président de la République de Madagascar? »

Avec 49 prétendants à la présidentielle, la démocratie est-elle bien représentée? Sauf que je pense qu’un tel engouement pour la magistrature suprême est plutôt signe de soif de pouvoir et sûrement pas pour sortir le pays de la crise et de la misère. J’espère me tromper.

Jeudi 2 mai: les forces de l’ordre ont fait savoir qu’en cas de troubles lors de la sortie de l’annonce des candidats éligibles à l’élection présidentielle, elles sont prêtes à réagir. Je me suis dit qu’une telle annonce cache une surprise. Serait-ce le refus de la candidature de Lalao Ravalomanana, épouse du président déchu Marc Ravalomanana? Et éventuellement celui de Didier Ratsiraka, ancien président malgache de 1975 à 1993, puis de 1997 à 2002. Ces deux candidats ne remplissant pas la condition concernant l’obligation de résider dans la pays pendant au moins 6 mois.

Vendredi 3 mai: c’est la publication de la liste officielle. Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka figurent parmi les 41 candidats autorisés par la CES. La surprise a été toute autre. C’est la candidature « en catimini » de l’actuel Président de la Transition Andry Rajoelina en dépit de son engagement à ne pas se présenter. C’est le énième changement d’avis de Andry Rajoelina depuis le tout début de cette crise malgache.

Voici son explication:

« Je me suis dit que c’était une élection libre, donc pourquoi je ne me présenterais pas? Maintenant que la Cour Électorale spéciale a validé la candidature de tout le monde, il faut laisser au peuple malgache de choisir celui ou celle qui dirigera la destinée de Madagascar ».

La candidature de celui-ci n’est pas le réel problème, mais c’est surtout le mystère autour du dépôt de son dossier auprès de la HCC. Quand est-ce qu’il l’a fait? L’erreur faite par la CES dans la publication officielle n’est d’ailleurs pas passée inaperçue.

Erreur de la HCC: 49 candidats ont déposé leurs dossiers mais on voit un 50ème sur la liste

Capture d’écran de la publication de la CES

La CES justifie sa décision d’accepter la candidature de Andry Rajoelina par le fait que tout citoyen est libre de participer aux élections. Quant aux cas de Lalao Ravalomanana et de Didier Ratsiraka, la Cour estime que l’obligation de résider 6 mois à Madagascar ne s’applique pas à ces derniers parce qu’ils ont été forcés à l’exil.

« Laissons la place aux jeunes! » , dixit Andry Rajoelina,  le benjamin de cette course à la présidentielle. Et comme on dit la jeunesse va de 7 à 77 ans, DidierRatsiraka, à 76 ans, n’en est pas loin. Mais le problème souvent avec la jeunesse c’est le manque de maturité. En tout cas, c’est l’image que laissent apparaître les politiciens malgaches.

QUELQUES RÉACTIONS DES INTERNAUTES:

 

 

The following two tabs change content below.
Jeune femme, maman, malgache, blogueuse, citoyen journaliste, photographe amatrice passionnée

Derniers articles parariniaina (voir tous)

14 réflexions sur “Présidentielle malgache: Les politiciens jouent avec le pays

  1. The Cyber Observer dit :

    En tout cas, une chose s’est au moins confirmée hier: la fameuse feuille de route est belle et bien morte. On s’achemine actuellement vers une radicalisation de la crise. Est-ce que les Malgaches vont se laisser mener en… berner plus longtemps ???

  2. nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec cette éléction qui vient. Et comme de l’autre côté les magaches restent imperturbables, quoi que fassent les politiciens, ceux-ci s’adonnent à toutes sortes d’actions inimaginables

  3. dezy rakotobe dit :

    l’élection présidentielle servira r-elle à quelque chose si on ne lève pas au préalable quelques hypothèques ou questions préjudicielles comme:
    -Etat unitaire ou fédéral
    – Tanindrazana ou Firenena
    et surtout:
    – y a t-il vraiment un peuple malgache etc…

  4. pierre ranjeva dit :

    dezy rakotobe a entièrement raison. ces dernières élections n’ont servi à rien. dans 1 an, da,s 2ans ou plus tard,lil y aura ine nouvelle crise

  5. pierre ranjeva dit :

    la question n’est pas de savoir s’il y aura ou non une élection pmtésidentielle. Elle est plus fondamentale: y a t-il une Nation malgache? Andrianampoinimerina aura t-il un successeur?
    il y a ici un ETAT COLONIAL MAIS PAS UNE NATION.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *