Antananarivo: Chasse aux pisseurs de rue

Un jour, j’ai emmené mon petit frère avec moi pour aller acheter des ceintures de karaté en ville. Il devait avoir 7 ans. A peine les ceintures achetées, voilà que mon frère a eu envie de faire pipi. Panique! Panique! Où peut-il faire son besoin? Pas de pissoir aux alentours. Le plus proche, qu’on surnomme « Métro » car il se trouve dans le sous-sol de l’esplanade d’Analakely, était à 10mn à pied. Mais c’était tout sauf propre. Pas question pour moi d’y mettre les pieds. Je lui ai alors proposé de faire vite derrière une voiture garée à côté. Je lui ai même convaincu que personne ne pouvait le voir. Mais mon frangin ne voulait rien savoir. L’éducation de maman lui interdisait d’uriner n’importe où. Alors aucune discussion possible. Grande sœur, qui n’était encore qu’une pauvre étudiante à l’époque, n’avait qu’une solution: prendre un taxi pour le ramener au plus vite à la maison.

Je me souviens m’être engueulée avec ma mère une fois à la maison. Comme quoi à cause de son éducation, je me suis ruinée en taxi. Mais à bien y réfléchir maintenant, je suis fière que mon frère ne soit pas comme ces pisseurs de rue qui salissent l’environnement. On dirait même qu’il suffit qu’un seul commence à arroser un mur ou un poteau pour que d’autres le suivent. Il arrive très souvent qu’on doit passer à de tels endroits et non seulement ça pue, mais on ne sait plus où mettre les pieds.

Depuis longtemps des avertissements sont laissés sur les murs: « Alika no mamany eo » (Sont des chiens qui pissent là), « Raràna ny mamany eto. Dina  5 000Ar » (Défense d’uriner ici sous peine de payer une amende de 5 000Ar). Plus tard, quelqu’un a même eu l’idée de mettre: « Dina 10 000Ar miampy daroka » (Amende 10 000Ar et des coups). Mais assouvir les besoins de faire pipi semble être plus fort. D’ailleurs, a-t-on déjà réellement vu quelqu’un mettre en application ces messages et réclamer les « dina » ?

2013-08-07 09.32.56

Détrompez-vous les gars de Tanà! Aucune intention de ségréguer ici mais c’est vrai quoi, 99% de ces pisseurs de rue sont des mâles. Je disais donc, faites gaffe! Depuis quelques temps, j’ai remarqué un camion-bus blanc de la police municipale arriver à l’improviste près du pont de Behoririka. Sa mission: embarquer tous ceux qui urinent sur la voie publique. Je ne sais pas ce qui attend ces personnes arrêtées. Seront-elles enfermées pendant 24 heures? 48 heures? Devront-elles payer des amendes? Recevront-elles juste un avertissement pour cette fois? En tout cas, je salue cette initiative. Ces personnes réfléchiront sans doute à deux fois avant de sortir leur engin pour arroser d’autres murs ou trottoirs. Si ces arrestations continuent, du moins dans mon quartier, je pourrai peut-être apprécier un peu mieux ma véranda. Parce que, j’avoue, il y a des moments où les odeurs de pisse arrivent jusque chez moi. C’est insupportable! C’est dégueulasse! C’est révoltant!

Mais pourquoi uriner dans la rue? J’ai demandé à quelques personnes et en gros, les raisons sont les suivantes. Les pissoirs publics sont insuffisants. Le prochain est trop loin. Du coup, quand l’envie est pressante, le coin de la rue aide. D’autres se plaignent des 50Ar et 100Ar qu’il faut payer dans ces WC publics. Ils ne comprennent pas pourquoi on doit payer pour un service public. Et pourtant cette petite somme sert à entretenir les toilettes. En même temps, il ne faut pas s’attendre à une propreté totale hein. Disons que certaines toilettes sont plus ou moins supportables que d’autres. Sinon, certains ont juste répondu: par mauvaise habitude (avec un petit sourire aux lèvres).

Il fait assez froid actuellement dans la capitale. Et on comprend que les envies d’uriner deviennent plus fréquentes. Mais attention, la chasse aux « arroseurs » de rue est ouverte! D’ailleurs, hier, elle a été bonne pour la police municipale. J’ai pu compter une dizaine de personnes embarquées dans le camion-bus.

 

The following two tabs change content below.
Jeune femme, maman, malgache, blogueuse, citoyen journaliste, photographe amatrice passionnée

Derniers articles parariniaina (voir tous)

9 réflexions sur “Antananarivo: Chasse aux pisseurs de rue

  1. Un bien bel article sur un sujet quotidien des villes malagasy et au monde… à savoir je « je m’en foutisme »…

    Un ami congolais qui a fait ses études à Tana était outré de voir des gens faire « mpipi sy mkaka » devant l’hôtel de ville… Chez lui c’est 2 semaines de travaux d’intérêt général ou une grosse amende… Généralement les gens optent pour les 2 semaines… sauf qu’ils doivent dormir toutes les nuits en prison et que la nourriture apportée est détournée par les policiers… Autrement dit, les gens finissent par payer car ils ont la dalle et sont fafigués … Comme c’est bizarre, à Kinsaha le centre ville est propre … une idée à copier ?

    Sinon félicitations Ariniaina pour l’éducation… J’ai des amis malagasy qui avec moi s’arrêtent contre mur pour uriner… j’ai du me battre en invoquant Andriamanitra qui les regardait… Depuis j’en ai un qui passe chez moi, tape à la porte et file aux WC… Au moins un d’éduqué, c’est pas mal … mais bon combien de temps cela durera-t’il ? 🙂

    La culture sans frein, parce que tout le monde le fait, est -ce bien ?

    • En effet, c’est un très bel exemple qu’on devrait suivre. Encore faudra-t-il croire que ça marchera. Souvent le problème c’est que les malgaches détestent les « disciplines ». Et quand on veut être un peu « dur » avec eux, le peuple ne pense qu’à faire la révolution. Un petit exemple en tête, Marc Ravalomanana a été détesté par beaucoup de fonctionnaires parce qu’il a exigé que ces derniers arrivent à l’heure au boulot. C’est triste des réactions pareilles.

      • Bonjour 🙂

        Tu as raison pour la discipline, mais au départ nous sommes tous peu enclins à la discipline.Quoique certains peuples sont largement plus autodisciplinés, comme les coréens par exemple, qui ont redressé leur pays après guerre… avec une volonté étatique forte bien sûr..

        Mais avec 50% d’adhérents au Christianisme, que font les leaders ou enseignants religieux chaque semaine ? N’est-il pas enseigné la soumission à Dieu dans sa vie quotidienne, avec l’ordre, le respect, et la moralité ? La pureté physique fait aussi partie des critères … à revoir 🙂

  2. Wahouuuuuuuuu!!!!!! mais cela est un très grand problème continental. Dans les grandes villes ouest- africaines comme Lomé (Togo) , Cotonou (Bénin), cette pratique déshonorante et non-hygiénique est permise car cela se fait au vu et vu de tout le monde sans que quelqu’un n’y pense. Les gens (femme, homme, enfant) se plaisent à le faire même au centre ville à coté des murs de certains bâtiments administratifs. Ce qui est pire a voir est que les femmes restent debout devant les passants et urinent parce qu’elles n’ont nul part où aller pour se soulager. On qualifie cette pratique «  » la Convention de la CDEAO). Cela devrait vraiment l’objet d’un débat et d’une compagne nationale de sensibilisations. C’est tropppppppppp en Afrique de l’Ouest !!!!!

  3. rabarison lydie dit :

    salut à tous. le pipi partout c’esr vrai que c’est dégueu mais au moins il y a l’odeur qui t’avertit qu’il ne faut pas aller là.mais le plus beurk c’est qu’on crache partout.été comme hiver, à pied,à bord d’un 4×4,pieds nus, à talons …tout le monde s’y met.a-t-on besoin d’installer des crachoirs aussi? et quand on est ecoeuré, tout le monde te regarde méchament genre: ptit snob va! alors quand on a quelque chose de gluant qui s accroche aux baskets on essuie en silence sur un bout d’herbe au coin et on continue son chemin. jusqu’aux prochaines mines puantes ou pas. ceux qui ont de quoi se payer achetent des mouchoirs blancs pr ne pas polluer l environnement avec des crachats mais des mouchoirs usagés.
    vivement l’hiver!i!…brrrr et grrrr!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *