Je suis malgache, j’ai fait circoncire mon fils

Mon garçon n’était même pas encore né que, comme tout parent, je me projetais dans son avenir. J’imaginais notre première rencontre à sa naissance, son premier biberon, son premier éclat de rire, ses premiers pas… Et depuis, je redoutais déjà le jour de sa circoncision. Aaaahh, cette culture à laquelle les petits garçons malgaches n’échappent pas.

Faire la circoncision ou pas? Si oui, quand l’enfant aura quel âge? Où? La faire à l’américaine ou y a-t-il d’autres choix? Dire au petit ce qu’on va lui faire ou pas? Combien de temps ça va mettre pour guérir? Faire la fête comme la tradition le veut ou pas? Toutes ces questions nous préoccupaient à mon mari et à moi.

La circoncision, on doit la faire. La tradition l’oblige. La société la réclame. L’école l’exige. Vous vous étonnez sûrement mais oui, l’école demande à ce que l’enfant soit circoncis avant la rentrée. Peut-être pas toutes les écoles à Tanà, mais celle qu’on a choisi pour notre fils en tout cas. Je me suis même surprise à répondre: « Oui, de toute manière, c’est prévu » lors de l’entretien avec la directrice d’école. On va donc la faire.

Mon fils dans son "malabary" après sa circoncision. Photo © Ariniaina

Mon fils dans son « malabary » après sa circoncision. Photo © Ariniaina

Quel est l’âge idéal pour la circoncision? J’ai vu que chez les Juifs, l’enfant est circoncis au 8ème jour après sa naissance. La circoncision musulmane se pratique à la pré-adolescence. Y a-t-il un âge spécial requis à Madagascar? Pas que je sache. Beaucoup le font avant la rentrée à l’école, aux alentours de 3 ou 4 ans. Sinon, à Mananjary, par exemple, on attend le Sambatra. C’est un rituel de circoncision collective pratiquée tous les 7 ans dans cette partie Sud-est de la Grande Île. Peu importe l’âge de l’enfant, les parents de cette région attendent cet événement pour faire circoncire leur fils. Mon fils, lui, on l’a fait à ses 2 ans, samedi dernier (10 août 2013). Nous avons préféré le faire cette année parce que si on attend encore, il en gardera peut-être un traumatisme. C’est ce que son père et moi pensons en tout cas.

Mais pourquoi faire ce rituel? J’allais me justifier en disant que c’est pour des raisons médicales. Comme quoi des saletés peuvent rester dans le prépuce. Ou que ça favorise le risque de cancer. Et que plus tard, il se peut qu’on doit quand même le circoncire parce qu’il aura des problèmes de santé. Il sera alors plus âgé, plus conscient de la douleur. Ainsi, j’aurai regretté de ne pas avoir fait la circoncision plus tôt. Mais, au fond, est-ce la culture qui l’emporte? N’est considéré « vrai homme » que celui qui est circoncis. Cependant j’avoue que je n’apprécie pas trop le fait qu’on félicite mon fils. Non, sérieusement, mon petit garçon a 2 ans. Il ne peut pas être considéré comme devenu « adulte » parce qu’on lui a enlevé un bout de son zizi. Enfin bref, je me convaincs qu’au moins, plus tard, il ne se sentira pas différent des autres garçons malgaches. C’est mon lot de consolation.

Où faire la circoncision? C’était la décision la plus difficile. Une chose était sûre. Hors de question de la faire à l’ancienne comme je l’ai expliqué dans un précédent billet. Le rituel se fait à la maison, avec un guérisseur traditionnel (d’ailleurs où en trouver?), avec un simple couteau de cuisine, sans anesthésie. Non, non et non. J’ai lu un article en malgache qui reproche à la génération actuelle de ne plus respecter la tradition. Mais n’est-il pas plus important de réduire au maximum la souffrance de l’enfant? ainsi que les risques encourus en ne faisant pas la circoncision dans un milieu hospitalier? En tout cas, nous, mon mari et moi, ces deux raisons étaient la base même de notre choix. Il y a un médecin très expérimenté qui a son cabinet médical assez près de chez nous. Il pratique la circoncision à l’américaine qui consiste à couper le morceau de peau avec une capsule brûlante. Beaucoup sont convaincus par cette méthode car il n’y a pas de saignement et c’est presque sans douleur. Je n’ai rien contre ce médecin. Il était d’ailleurs notre premier choix. Mais finalement, on a opté pour l’hôpital HJRA et c’est sans regret car pour eux on endort l’enfant. Donc, l’enfant ne voit rien et ne ressent rien pendant l’opération qui a duré à peine 5 minutes. C’était très important pour mon mari et moi. On a pu constater que notre enfant n’est pas traumatisé après l’opération et aussi, ne ressent aucune colère envers mon père et mon frère qui l’ont conduit à l’hôpital. Contrairement à mon frère qui se souvient de toutes les personnes qui l’ont tenu le jour de sa circoncision; des gens qu’il a détesté pendant un long moment de sa vie.

 Au réveil du petit après la circoncision, il a pleuré pendant une bonne heure jusqu’à notre retour à la maison. C’était dur, dur, dur. Je ne savais pas comment consoler mon pauvre garçon. Heureusement qu’il a compris ce qui lui arrivait. Parce que quelques jours auparavant, je lui ai maintes fois expliqué ce qui l’attendait, qu’on devait absolument le faire, que ça allait faire très très très mal, et qu’il avait le droit de pleurer. Après les pleurs, il a fait une petite somme. Ensuite, on lui a offert de nouveaux jouets. Aussitôt, la douleur est oubliée. Il a joué comme si de rien n’était. Seuls les pipis de cette première journée se faisaient avec de petites larmes ainsi que le bain du lendemain. Là, on est au 5ème jour après la circoncision, ce n’est pas tout à fait guéri mais le petit va bien. Il refuse juste d’enfiler un pantalon. Il préfère ne mettre que son « malabary » , une tenue traditionnelle pour l’occasion. Et oui, je tenais quand même à suivre quelques points de la tradition.

En parlant de ça, mon père a également tenu à remplir son rôle de grand-père: avaler le prépuce avec une banane. Donc, je me suis dit « tant mieux« . Et certes, la circoncision dans les centres médicaux peuvent se faire toute l’année, on a quand même gardé la tradition en la faisant en hiver. C’est vrai quoi, c’est mieux pour la cicatrisation non? Sinon, on n’a pas fait de fête. On a beau appeler la circoncision « hasoavana » (grande joie) en malgache, mon cœur n’était pas pour la célébration. Seuls les proches étaient prévenus. Je voulais me concentrer plus à mon bonhomme qu’à la bouffe, aux boissons et au bien-être des invités.

Voilà, c’est mon expérience en tant que mère d’enfant circoncis. Le plus dur finalement était la nuit précédant la circoncision. J’ai passé une nuit blanche tellement j’angoissais. Une fois l’opération faite, il fallait faire face et ça s’est bien déroulé. Allez, bon courage aux parents qui auront à faire ce choix et vont vivre cette expérience. « Arahaba ririnina » (Joyeux hiver) – comme on dit – à ceux qui viennent de la faire.

The following two tabs change content below.
Jeune femme, maman, malgache, blogueuse, citoyen journaliste, photographe amatrice passionnée

Derniers articles parariniaina (voir tous)

63 réflexions sur “Je suis malgache, j’ai fait circoncire mon fils

  1. Malgache mutilé dit :

    J’ai subis cette atrocité et je ne comprends pas qu’en 2013, d’autres garçons soient encore mutilés de cette sorte.
    Aucun intérêt médical à infliger pareil torture.
    La cicatrice n’étant qu’une porte d’entrée aux infections et les produits utilisés comme lubrifiants pour la masturbation ne faisant que des irritations.
    L’indispensable prépuce protecteur laissant place aux microbes et autres bactéries.
    Il est donc logique que l’espérance de vie soit en corrélation avec cette pratique. En Europe, où cette acte barbare est rare les hommes ont une espérance de vie bien plus importante qu’à Madagascar par exemple.
    Il va falloir qu’on cesse de mutiler.
    Dieu nous a fait parfait et il est stupide de nous charcuter.
    Vivement que les greffes ou les chirurgies réparatrices deviennent accessibles afin que chaque enfant (devenus infirme sexuel et malpropre à cause de l’atroce excision du prépuce) puisse retrouver après une opération obligatoire une parfaite hygiène et la joie d’avoir un corps normal.

    • Merci pour ton commentaire.
      Faire la circoncision ou ne pas la faire? C’est un sujet de grande discussion qui ne date pas d’hier et qui ne s’arrêtera sûrement pas.
      Avoir fait circoncire mon fils est un choix que j’assume (même difficilement). Ce n’est pas uniquement pour raison médicale qu’on décide de faire une circoncision ou pas. Il y a aussi la culture, la tradition, la religion pour d’autres. Le grand changement peut-être qu’on a amené, c’est de faire la circoncision dans un centre hospitalier de nos jours et avec anti-douleur.
      La circoncision reste l’opération chirurgicale la plus pratiquée dans le monde, pas uniquement à Madagascar. Et dans mon entourage, je ne connais personne s’être plainte de cette opération. Donc, aucune raison pour moi de m’inquiéter pour mon fils.

      • Merci pour cette précision Régine. Effectivement, plus tard dans l’histoire du pays, il y a l’arrivée du christianisme. Et pour les chrétiens malgaches, la circoncision est aussi d’origine religieuse.

      • Thomas dit :

        Mais n’importe quoi !! ! !
        Vous n’êtes pas chrétienne.
        C’est dans la « torah » juive que c’est dit. Ce qui est « l’ancien testament » dans la bible. Et les chrétien suivent le nouveau testament qui est l’antithèse de l’ancien testament!
        Ainsi est la voie de Dieu qui a mis fin au règle primitive de l’ancien testament par Jésus Christ.
        La bible est destiné au chrétien. Les chrétien ont a ne surtout pas suivre les règles de l’ancien testament.
        Donc aller dire que la circonsision est écrite dans le livre des chrétiens est une honte !! (venantsurement d’une juive ou d’une protestante)
        Vous pouvez dire dans la torah, dans le coran ou ce que vous voulez, mais pas dans la sainte bible !
        Cessez d’usurper la bible pour répendre les doctrine juive!

        • Jean-Marc Rolland / 侯壮马 / 1975jmr dit :

          Bonjour Thomas,
          Certes la circoncision était une des obligatoires de la loi mosaïque… mais cela ne veut pas dire que l’ancien testament est à jeter puisque justement Jésus a directement ou indirectement cité des dizaines de fois les écrits sacrés disponibles à savoir la Torah, les prophètes, les psaumes, etc.
          La Bible est l’ensemble des livres écrits par Moise il y a + 3000 ans à Jean le dernier apotre il y ‘a moins +1900 ans, donc que certains écrits ne soient plus valides au niveau de la nouvelle alliance comme la circoncision ok, ou comme le sabbat qui n’ont pas été repris, mais cela ne jette pas tout le reste à la poubelle, bien au contraire 🙂

  2. Dans les pays du Maghreb, on circoncis également vers le même âge que ton fils. Nous n’attendons pas la pré-adolescence. Mais je ne savais pas qu’à Madagascar la circoncision était culturelle ?

  3. Dans un de mes précédents commentaires sur ton article « la chasse aux pisseurs de rue », dont j’espère que le camion était plein à rabords 🙂 j’aimerai reparler de culture. La culture sans frein, parce que tout le monde le fait, est -ce bien ou non ?

    Au passage, félicitations pour le joli petit bonhomme, cela lui fait 2 maintenant, il me semblait qu’il était né fin 2011, et non… beau garçon, ressemble au papa 🙂 Revenons en sujet principal, la circoncision… Je te remercie pour ta phrase expliquant le choix de la circoncision, à savoir :

    « La circoncision, on doit la faire. La tradition l’oblige. La société la réclame. L’école l’exige. » Et bien sûr le contexte religieux omniprésent à Madagascar, sous toutes ses formes qui le pousse aussi.

    Pour faire avancer le débat, sans tomber dans l’extrème comme « malagasy mutilé », il est intéressant que cette opération « la plus pratiquée » l’est justement de moins en moins chaque année. Pour cela, 2 idées.

    La 1ère c’est que le mythe de la circoncision prophylactique tombe, à savoir que l’on coupe le prépuce pour prévenir des maladies. Même pour le VIH, c’est une option « discutable », ainsi que pour la masturbation, cela ne l’empêche pas non plus (une des raisons pour cette pratique en occident, hors communauté juive et musulmane, ou gasy).

    Le 2ème, est le coté omniscient exagéré de la science et médecine moderne. L’histoire d’une amie qui à 28 ans, a failli se faire opérer de l’appendicite, une 2ème fois… Elle avait les mêmes symptômes et douleurs et personne ne l’a croyait qu’elle a eu une appendicectomie dans sa préadolescence… La question surgit alors, de quoi souffrait-elle alors à ses 11 ans ? Elle venait juste d’avoir ses premières crises de fibromyalgie, comme un pourcentage énorme de la population de l’hémisphère nord, par une combinaison de facteurs comme la survaccination, et j’en passe…

    En gros, pourquoi ne pas réfléchir et remettre en cause certaines habitudes que je qualifierai de DOGMES… sans aucune raison apparente et pressions du groupe, on est obligé de faire quelque chose… je sais que des parents comme Andry et toi aimez votre petiot (oui oui, c’est de l’amour que d’emmener bébé aux rdv des malagasy miblaogy 😀 ) et que de lire cette phrase plus haut m’a fait touché du doigt l’énorme pression sociale et familiale existante à Madagascar… En tant que vazaha, tant qu’on n’est pas marié avec un ou une gasy, on est extérieur à ce genre de choses et on nous permet tout entre guillements… mais cela change une fois qu’il rentre dans un cercle familial gasy …

    Pour preuves, j’ai un certain nombre de témoignages et d’observations directes, de vazaha ayant vu soit leur vie changer du tout au tout par de discrètes pressions pour faire ou obtenir des choses, ou carrément suivre leur compagne chaque dimanche à l’église. Cette crise de mysticisme est drôle car la personne est divorcée et assez malhonnête dans son business… valeurs non compatibles avec une foi ferme et solide dans la religion.

    Pour la circoncision, j’en discutais avec un couple mixte ethnique et religieux, l’un était comorien musulman et l’autre gasy luthérienne. Feriez-vous circoncire votre enfant à naître un jour ? Même chose que toi, surpris d’entendre la même réponse « Oui, de toute manière, c’est prévu » … Ma question fondamentale au delà de tout clivage religieux et social, est que cela souligne le problème de consentement de l’enfant et le rôle fonctionnel du prépuce…

    1) Que pensera l’enfant plus tard face à cette tradition forcée où revenir en arrière est impossible (je ne parle pas de chirurgie plastique mais du fait de ne pas a avoir de prépuce pendant des années)

    2) Tout comme l’appendicite est utile, le prépuce l’est également. On naît avec un corps entier dont tous les organes sont utiles et fonctionnels même si on en connaît pas encore toutes les fonctions. L’appendicectomie systématique a été revue, car l’appendicite serait une zone de formation des anticorps… et oui, terriblement utile et on ne peut pas revenir en arrière après l’opération. Pour le prépuce ? On ne sait pas encore, et tout comme les interdictions de la loi mosaique étaient des conseils sanitaires éclairés à l’époque, tout comme la viande de porc… 3500 ans plus tard, les choses ont largement évolué… d’ailleurs la nouvelle alliance pour le christianisme n’a pas renouvelé toutes ces pratiques rituelles si ce n’est celles consignés dans le livre des Actes des apôtres chapitre 15 versets28 et 29 (un des livres de la Bible pour les profanes).

    Pour conclure, je dirai que votre enfant ne sera pas exclu face à sa non circoncision, que ses camarades ne se moqueront pas de lui. Mais est-ce que plus tard face à la pression du groupe, camarades, collègues, amis, famille, il ne sera pas tenté de faire pareil qu’eux ? Cigarette, alcool, bagarre, casse, kolikoly… Autant de choses que l’on fait par peur du groupe, ne serait-ce pas au contraire utile d’apprendre à nos enfants à être justement « différent » et qu’ils n’en aient pas honte ? Doit-on laisser la culture nous dicter notre conduite de parents et imposer des choix sans retour arrière pour nos enfants avec des pratiques qui ne sont pas si anodines que cela ?

    Au passage, le papa n’a pas oublié le verre de toaka gasy avec la banane ? 🙂 car hormis les motifs religieux pour la circoncision, il y a aussi par tradition, cohésion sociale, identité ou encore masculinité… ce qui semble être le cas avec cette réminiscence d’un culte animiste, de manger le prépuce… Je vous laisse le découvrir par une recherche web. Sinon pour terminer, coté religieux, les hébreux étaient terriblement en avance sur leur temps pour savoir que le 8ème jour était idéal pour la circoncision… petite note médicale du None of These Diseases, 1986, p. 21

    « Un des facteurs de la coagulation, la vitamine K, n’atteint sa proportion normale dans le sang qu’entre le cinquième et le septième jour après la naissance. Le troisième jour, la prothrombine, un autre facteur de la coagulation, n’est présente qu’à environ 30 % du taux normal, alors que le huitième jour elle est plus élevée qu’à aucun autre moment de la vie de l’enfant : jusqu’à 110 % du taux normal. Le respect des instructions de Dieu réduisait donc les risques d’hémorragie. Le docteur S. McMillen fait cette remarque : “ Si on prend en compte la teneur en vitamine K et en prothrombine, le jour idéal pour pratiquer la circoncision est le huitième, […] [le] jour retenu par le Créateur de la vitamine K. ”

    Le petit va mieux maintenant ? 🙂

    • Merci Jean-Marc pour ton commentaire qui mérite réflexion. Combien de fois ai-je rejeté certaines cultures que j’ai jugé « barbares »? Me voilà tombée en plein dedans. C’est d’ailleurs pourquoi je tenais à dédier un billet pour partager cette expérience.
      Je pense avoir tout dit sur les raisons qui nous ont poussé à faire cette circoncision. Comme je l’ai dit plus haut en commentaire, c’est un choix que j’assume « difficilement ». On a même mis 2 ans avant de pouvoir réellement se décider. Alors, voilà on l’a fait devant toutes les pressions culturelles, sociales, religieuses. Le mieux qu’on a pu faire c’est de s’être assuré de son état de santé et que l’opération se fasse dans un centre hospitalier par un médecin qualifié.
      Sinon, le petit va super bien. Encore merci 🙂

      • Tant mieux qu’il va bien le bonhomme 🙂 et pour le prochain, pensez au 8ème jour, c’est le mieux pour la circoncision 🙂

        Par contre; le coup de la banane et du toaka gasy, euh j’ai du mal à digérer pour Andry… je ne sais pas comment il a fait pour passer à l’acter… est ce que cela ne rentre pas dans le domaine du … canibalisme ? Osons les mots 🙂

  4. LEDADA dit :

    Mme, vous avez parfaitement raison de faire circoncire votre fils tôt, car à cet age, tous s’oublie facilement. Contrairement à moi, je grandis dans le sud où beaucoup de garçons passent ce stage vers l’age de 7 ans et plus. Crois moi, même si l’opération dure la plus part de temps entre 10-15 mn, c’est l’enfer.Par contre, j’ai pas de regret d’être circoncis, ni contre la culture encore moins contre Dieu (durée de vie).Arabaina ririnina oanle bandy kely.

  5. mivola dit :

    Ce soir,notre voisin d’à côté pratique le fameux traditionnel circoncision avec le grand bal et tous le tapage qui va avec!!ils ont pris cette nuit notre petit banannier dans la cours! Après nous avoir demandé la permission le matin, et ils ne l’ont recupéré que la nuit! est pour eux un grand jour surtout pour leur premier petit-fils mais tout de même le respect du « fiarahamonina » zéro.

  6. Cette pratique est très répandue dans le monde, mais chaque pays a son propre rituel. En Polynésie française par exemple, l’opération consiste à fendre la peau et non pas à enlever le prépuce. La circoncision revêt surtout un aspect culturel, au-delà de l’acte chirurgical.

  7. rakotomaheninarivonimerina dit :

    Vous n’êtes pas la seule à avoir peur lors de la circoncision d’un enfant. Déjà auparavant les malagasy disaient que quand tu as un garçon tu accouches deux fois car la circoncision était très dangereuse et des risques fatals existent bel et bien. C’est pour ça aussi que les femmes n’avaient pas eu l’autorisation d’assister à la cérémonie pour ne pas perturber le « rainjaza » lors de l’opération.
    A part l’intégrité physique de l’enfant, je crois que c’est une étape importante pour préparer le garçon à affronter la vie, comme le fait de se relever tout seul s’il tombe.
    Je trouve que les mères malagasy sont parmi les plus protectrices de la planète mais elles acceptent le risque pour que leur garçon soit un vrai mâle (mais pas un homme)d’ailleurs les femmes crient « lahy ny anay e, lahy ny anay e » quand la circoncision est terminée mais non « lehilahy ny anay e » et puis aujourd’hui les risques et les souffrances sont infiniment moindres que jadis.
    Nous avons fait circoncire notre garçon un mois avant le vôtre, à l’américaine, et c’était moi qui lui ai tenu compagnie durant l’opération, mais tout s’est bien passé et il est toujours aussi content de me voir même dans la journée qui a suivi l’opération.
    Mais pour l’anecdote, le médecin m’a raconté qu’un père ayant assisté son fils se faire circoncire s’est évanoui en voyant l’opération. C’est pour vous dire qu’il y a d’autres personnes qui stressent plus que vous 
    En tout cas merci pour cet article.

    • Aaah, j’ai stressé à max. mais bon, le mal est passé.
      Vrai mâle et vrai homme, c’est vrai qu’il y a une différence. Merci en tout cas pour la visite, le commentaire, le témoignage. Et félicitations à votre bonhomme!

  8. Chaque maman vit cet évènement à sa manière et je me reconnais un peu dans ton ressentis (la peur que ça se passe mal surtout) même si mes raisons de faire circoncire mon fils était tout autre. En tout cas, arahaba ririnina.

  9. Bonjour! Je fais présentement une recherche dans le cadre de mon cours d’anthropologie sur le Madagascar et l’un des aspects dont mes coéquipiers et moi désirons traiter est la circoncision à Madagascar, puisqu’elle fait partie des éléments culturels les plus important marquant la vie des hommes malgaches. Je voulais savoir s’il m’était possible de vous contacter en cas de question par rapport à cela? Votre article m’a beaucoup aidée pour mon travail, merci beaucoup!

  10. MIKEA dit :

    Et bien moi je ne suis pas circoncis et je n’ai pas l’intention de le faire et ni le faire subir à mes enfants .

    je ne suis pas non plus pour la publicité sur les actes religieux ou coutumiers .

    en Afrique la majorité des porteurs du virus du SIDA sont circoncis .

    les expériences des blancs dans certains ghettos sud africain est un piège si il y a recul c’est juste que les adultes qui sont volontaires pour cette étude se font circoncire , mais SURTOUT change leur comportement avec le nombre de partenaires sans préservatifs

  11. Olli dit :

    Nne serait-ce pas au contraire utile d’apprendre à nos enfants à être justement « différent » et qu’ils n’en aient pas honte ?

    J’ai un fils malgache adoptif et aprés concertation avec sa mère, j’ai acquis la conviction que nous ne voulions pas le faire. J’ai interrogé l’enfant, expliqué la tradition, etc… et comme je le pensais, il était terrifié et n’a pas souhaité subir le même sort que les autres. Ayant autorité financièrement sur la famille, j’ai obtenu l’accord de sa famille et nous avons interdit qu’on le touche. L’enfant nous est reconnaissant de l’avoir ainsi protégé et croyez moi, il ne se sent ni moins malgache, ni moins viril pour autant. C’est un vrai petit homme !

    • Merci pour ta remarque. C’est vrai qu’il est de notre devoir d’apprendre à nos enfants à ne pas avoir honte d’être différents et à accepter la différence. Comme je le dis plus bas dans les commentaires, je pense que finalement les non circoncis ne veulent pas faire l’opération, les circoncis ne le regrettent pas. Et c’est tant mieux pour tout le monde.

      • Olli dit :

        Il semble qu’il y ait une méprise chez ceux, apparemment nombreux sur ce Blog, qui sont pensent que la circoncision est une bonne chose. Je trouve choquant que ce soit leur avis qui est prime, sur celui de l’enfant, à qui l’avis n’est pas demandé, c’est ce qui me gêne. Alors dire aprés coup, que tout va bien dans le meilleur des mondes, c’est bien gentil, mais il reste que c’est une mutilation sur un enfant, sans lui demander son avis. Si les adultes qui font ça, croient bien faire, au nom de la tradition ou je ne sais quel motif sans fondement, ils se trompent. C’est juste de la faiblesse de leur part. Ils prennent le risque de marquer l’enfant, même si inconsciemment, pour se guérir psychologiquement, l’enfant va se raconter que c’est « normal », il n’en reste pas moins que l’on a abusé de sa confiance, et ceux qui pérpétuent cette pratique le font sans le consentement donc, pour moi, sans aucun respect pour le principal intéressé, c’est à dire l’enfant. Les prétextes médicaux invoqués par certains, on le sait, sont bidons, mais bon rien ne sert de protester ici, chacun campe sur sa position, ce forum ne sert à rien. Et puis ceux qui disent que le faire ou ne pas le faire, revient à peu prés au même, pour minimiser la chose… (c’est plus facile de faire la carpette pour se conformer aux habitudes de son environnement social) me mettent mal à l’aise. Je trouve que c’est lâche, ça manque de courage, de lucidité.

        • Merci pour ton commentaire Olli. Je ne sais pas si tu es déjà parent ou pas. Je peux te dire qu’en tant que parent, on doit décider de plein de choses pour les enfants sans leur consentement et pas que pour la circoncision. On ne leur demande pas s’ils veulent aller à l’école. On ne leur demande pas s’ils veulent manger des légumes ou pas. Et j’en passe. Et je t’assure que je ne veux que le meilleur pour mes enfants. Avant toute décision, je pose toujours les pours et les contres. J’assume entièrement le choix d’avoir fait circonscrire mon fils et c’est sans regret.
          Je tiens à préciser que je ne favorise pas les gens qui sont pour cette tradition (en tout cas, ils me réconfortent) et je respecte ceux qui sont contre à une seule condition: tout le monde doit rester respectueux dans leur commentaire (parce qu’il y des gens qui m’ont harcelé à cause de mon témoignage).
          La circoncision de mon fils a été faite. Vos commentaires aideront les parents qui pensent le faire à prendre leur décision.

          • Olli dit :

            bonsoir, Ariniaina Manger des légumes, aller à l’école, présente un intérêt que je peux comprendre. Pour la circoncision, je ne vois pas où est l’intérêt de l’enfant.

  12. Salut Ariniaina,
    ton post a beaucoup d’intérêt.
    La question de la circoncision tracasse beaucoup de personnes surtout les mamans. En Afrique du Sud, des personnes issues de plusieurs tribus ne sont pas circoncis. D’autres le font à un âge avancé comme une sorte de rituel de passage.
    Indépendamment de la culture et des impressions personnelles et donc émotionnelles, plusieurs articles scientifiques ont montré une baisse du taux de contamination au VIH après les campagnes de circoncision (à l’hôpital) en Afrique du Sud, ceci hormis les comportements sexuels moins à risque. Sur le plan scientifique, il y a moins de risque d’infection.
    La décision de le faire ou pas demeure néanmoins une question personnelle engageant la responsabilité de tout parent.
    Par contre, ce que je reproche à la culture, c’est la pression qu’elle exerce sur les gens. Un enfant non circoncis n’est en rien inférieur à un circoncis et ne doit pas être la risée des autres. Si les parents décidaient de ne pas le faire, ils ne doivent pas être considérés comme des parias.
    Un billet vraiment intéressant.

  13. mpandalo dit :

    Oui, il y a des appréhensions des parents, mais il ne faut pas oublier que l’enfant va grandir…et pas seulement avec ses parents qui ont peur de lui faire mal…il va grandir avec des amis dont la plupart sont circoncis : ne va t il pas être rejeté après? va t il vivre un enfer avec les filles parce qu’on va se moquer de lui? il faut penser à tout cela…et puis ce n’est pas une mutilation…on assimile trop souvent la circoncision avec l’excision alors que ce sont deux choses totalement différentes…
    et puis il faut juste voir cela comme un rituel de passage de l’enfant…toutes les cultures en ont, pourquoi est ce que seuls les Malgaches essaient de renier ce rituel de passage? les rites et rituels font partie de la culture malgache, et petit à petit on les remet en question pour des questions de modernité…à la fin qu’est ce qui va nous rester? (l’idée qu’un jour on avait des us et coutumes)

  14. MIKEA dit :

    Et bien moi je ne suis noir et pas circoncis et je n’ai pas l’intention de le faire et ni le faire subir à mes enfants .

    je ne suis pas non plus pour la publicité sur les actes religieux ou coutumiers .

    en Afrique la majorité des PORTEURS du virus du SIDA sont circoncis .

    les expériences des blancs dans certains ghettos sud africain est un piège si il y a recul et une anlyse sérieuse l’explication est logique quand on fait attention on n’attrape pas le SIDA et les 10 autres MST .

    c’est juste que les adultes qui sont VOLONTAIRES pour cette étude se font circoncire ,

    et donc changent leurs comportements avec le nombre de partenaires sans préservatifs .

    Avec ce genre de réflexion on comprend mieux le fait que les Africaines représentent 70 % des contaminés du SIDA au monde ! au lieu de faire de la prévention elles se contentent de répéter avec la circoncision elles sont sauvés !

  15. Merci à tous pour vos commentaires. Je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit de faire circoncire ses enfants ou de se faire circoncire. Dans ce billet, j’ai partagé mes expériences, mes doutes, mon choix et la culture de mon pays. Et je ne regrette nullement le fait d’avoir fait circoncire mon fils.
    Ce qui me rassure c’est que je sais à quel point mon mari, mon père, mon frère tiennent à mon fils. S’ils voyaient un inconvénient à la circoncision, étant eux-même circoncis, ils n’auraient jamais autorisé ni encouragé celle de mon fils.
    Cependant, je trouve tout à fait normal qu’une personne non circoncise n’ait pas envie de tenter l’expérience. C’est un choix également. Et je l’accepte.

    • Ledhada dit :

      En fait, je suis du même côté que Ariniaina sur cette question. Pour moi, la circoncision est un rituel malgache loin du monde scientifique. Pour des raisons soit disant inconnues, nous, génération actuelle, croyons à nos ancêtres sur cette sage décision, d’ailleurs comme elle le précise, c’est un choix.

  16. MAKI dit :

    N’oubliez pas que la majorité des porteurs du VIRUS du SIDA sont CIRCONCIS ! et que cella n’empeche en rien d’atrapper les MST maladies sexuellement transmissibles

  17. MAKI dit :

    La naïvité et bétises sous prétexte de suivre la coutume pour ne pas être montrer du doigt donne le résultat suivant : certaines jeunes filles ont comme information qu’avec un sexe circoncis elle n’araperons aucunes MST
    et oui en 2014 et oui et sur tout les continents les gens voyages avec leurs coyances

  18. Ledhada dit :

    Bonjour à tous,

    Je m’excuse de vous dire que se critiquer sur le bien fait ou le mal que porte le coutume nous amène à rien. Il faut de même admettre qu’un Homme ne l’est sans son coutume et son croyance, un pays ne l’est sans sa culture. Il faut connaitre que la sens d’une culture ou coutume s’est de la sagesse, du respect envers sois même et envers les autres, un stade de la vie et d’une lois. En effet, je trouve que notre arrière grands parents ne sont pas fous d’adopter une coutume dans son communauté que pour leur bien. Ici, nous discutons du Sida et la maladie transmissible dû à la circoncision, sachez que cette maladie (incurable) était apparue bien longtemps après que nos ancêtre a connue l’amour, la maladie. Si le virus est apparue à notre époque c’est parce qu’on essaye d’enfreindre la lois de la société dit COUTUME/CULTURE. Peut-être qu’il est temps d’étudier la façons dont nos ancêtre a survécu leur vie ancienne.
    On dit souvent que la génération actuel est une génération destructeur et gourmant, allons-nous encore souffrir pour revenir en arrière ou prendre conscience de la réalité ou nous continuons de vivre actuellement ?
    Ledhada

  19. Henri-Dominique Paratte dit :

    C’est très bien que l’école exige qu’un petit garçon ait ét circoncis pour pouvoir s’inscrire. De cette manière, on évite les risques d’irritation et d’infection, mais en plus on s’assure que le petit gars est tout de suite prêt à être intégré parmi les autres garçons – et pour les filles et les femmes bien sûr elles n’ont jamais à s’inquiéter de problémes de prépuce. Ce serait merveilleux que le monde entier soit comme Madagascar!

    • Bonsoir M. Paratte, un pays comme les USA pratiquaient la circoncision de manière systématique… pour des raisons autres que culturelles comme à Madagascar… Il s’agissait de raisons médicales, d’hygiène et aussi pour lutter contre la masturbation …

      Bref, je pense que Madagascar n’est pas le pays idéal, car comme l’indiquait l’auteure de cet article, ils ont subis la pression du groupe. Doit-on y céder systématiquement? Et si on posait la question de la vaccination de masse ? Madagascar est bien placé comme la France, alors que de TRES nombreux pays s’y refusent… Qui doit-on suivre ?

      Personnellement j’ai mon prépuce et je n’ai pas de problème particulier, grâce à une bonne hygiène et aussi un enseignement adéquat comme le décalottage ..; donc pas de soucis pour la gente féminine pour les irritations (et qui doivent faire des bains de siège après) ou d’irritation pour monsieur …

  20. Sébastien dit :

    La circoncision est une mutilation & un acte de barbarie !!! Elle a détruit ma vie sexuelle, aujourd’hui je ne peux plus faire l’amour ni me masturber, je ne sens plus aucunes sensations !

    STOP à ce massacre SVP ! Mères & pères de famille, prenez conscience que vous jouez avec l’avenir & le bonheur de vos fils !

  21. Nancy dit :

    Bonjour ariniaina!comment s’est passé la circoncision de ton fils sous Anesthésie Générale?je dois aussi faire circoncire mon fils au mois de juillet , est ce que c’est sans risque?tu n’a pas eu peur que ton bébé ne se réveille plus après l’opération?nous devons aussi le faire à l’HJRA mais j’angoisse trop a l’idée!

    Merci

    • Bonjour Nancy,
      Comme je comprends ton angoisse parce que je mentirais si je disais que je n’ai pas eu peur. La circoncision de mon fils s’est bien déroulée. Ça s’est fait en moins de cinq minutes. Le docteur nous a bien rassuré qu’il n’y avait absolument rien à craindre. Au final, c’est l’avant circoncision qui est stressant mais une fois que c’est fait, on y fait face plus facilement. Courage!

  22. mialy dit :

    FAIBLE TAUX D ‘EDUCATION sexuelle et planning familial inexistant c’est la réalité de Madagascar .

    c’est ce qui explique des millions de jeunes files avec des grossesses dès 13 ans .

    ensuite les enfants sont livrés à eux memes et sont non alimentés les plus chanceux ont un bol der riz par jour ce qui est loin de la valeur nutritive nécessaire .

    donc ce genre de propagande en faveur de la circoncision c’est la continuation de ce désastre qui va augmenter avec toutes sortes des 10 maladies vénériennes sida en premier avec la prostitution qui augmente .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *