A 8 ans, on a volé son enfance

J’ai fait la rencontre d’une fillette plutôt maigre, à peine plus haute que … bref, elle est petite pour son âge. On va l’appeler Méline. Elle a 12 ans. Cette fille ne fréquente plus l’école. Elle vit loin de ses parents et de ses frères et soeurs.  Elle vient de la campagne et habite chez des inconnus. Elle n’est pas là pour des vacances. Méline y travaille en tant que domestique.

« J’ai commencé à l’âge de 8 ans » , dit-elle. Ses parents sont des paysans qui n’arrivent pas à s’en sortir financièrement. « Alors, j’ai décidé de les aider en devenant une bonne. »

8 ans? A cette âge, je vivais pleinement mon enfance même si mes parents ne roulaient pas sur l’or. J’étais en classe de CM. Et je passais beaucoup de temps à jouer comme tous les autres enfants de 8 ans. Enfin, pas tous. « Avec mes précédents employeurs, je n’avais absolument pas le temps de jouer » , raconte Méline.

Elle fait tout ce qui est tâche ménagère: le nettoyage, la cuisine, la lessive, le repassage, etc. « Je m’occupe aussi des enfants de mes patrons. J’aime bien m’occuper d’enfants » , me confie-t-elle.

Pour ce travail, cette pauvre petite gagne 25 000Ariary (à peu près 8 Euros) par mois. Une somme de misère qu’elle ne touche même pas puisque tout l’argent est directement récupéré par sa mère. Méline est la cadette d’une fratrie de 8 enfants. Certains sont mariés. Les autres sont des domestiques comme elle.

Je suis vraiment peinée par l’histoire de Méline. Et malheureusement, c’est loin d’être un cas isolé. Selon une enquête nationale sur le travail des enfants (ENTE) en 2007,  90 000 malgaches âgés de 5 à 17 ans sont impliqués dans le travail domestique. Leurs histoires se ressemblent presque toutes. Ces enfants proviennent de familles vulnérables. Ils quittent leur vie misérable de la zone rurale pour aller travailler dans de dures conditions – dignes d’esclavage – en ville.

« Je suis triste que je sois obligée d’être la servante de quelqu’un. J’aurai aimé pouvoir continuer à aller à l’école » , se désole Méline. Elle a arrêté à la classe de T3 (Cours élémentaire).

 

 

The following two tabs change content below.
Jeune femme, maman, malgache, blogueuse, citoyen journaliste, photographe amatrice passionnée

Derniers articles parariniaina (voir tous)

2 réflexions sur “A 8 ans, on a volé son enfance

  1. C’est triste et effectivement, c’est loin d’être un cas isolé. Dernièrement, j’ai aussi appris l’histoire d’un petit garçon, à la campagne. Il dit avoir 10ans, mais il fait la taille d’un enfant de 6ans environ. Il travaille comme gardien de zébu chez une famille pour 80 000ar par an. oui, par an. Je me suis amusée à faire le calcul, il touche environ 200ar par jour pour garder des zébus qui font 20 fois sa taille. Son salaire est également envoyé directement à ses parents.

    Ce petit enfant semblait être heureux en tant que gardien de zébu. Il mange à sa faim (ce qui n’était pas le cas dans sa famille qui est très pauvre), ses employeurs lui paient ses vêtements, il dort dans un lit bien chaud, il n’est pas maltraité. Je ne cautionne pas du tout le travail des enfants, alors là non. Même s’il est heureux en travaillant, il ne peut qu’être mille fois plus heureux en étant juste un enfant, à jouer etc. Mais dans les campagnes reculées de Madagascar, les familles sont parfois tellement pauvres qu’envoyer un enfant travailler n’est pas « mauvais » c’est même lui permettre de connaître un meilleur confort de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *