Une heure de pluie et Antananarivo est sous les eaux

Article : Une heure de pluie et Antananarivo est sous les eaux
7 février 2019

Une heure de pluie et Antananarivo est sous les eaux

Hier, 7 février 2019, il a plu pendant une heure à partir de 15h dans la ville d’Antananarivo. Ce n’était pas une simple pluie. Elle était torride et accompagnée de vents forts. Très vite, plusieurs citoyens publiaient des photos d’inondation un peu partout dans la ville.

Je me rappelle des discussions que j’ai eu avec Marie Louise Rakotondrafara, attachée directeur à la Direction Générale de la Météorologie de Madagascar en 2016. Ce dont on a parlé ce jour-là explique bien le phénomène d’aujourd’hui.

Tout d’abord, les fortes précipitations sont signes de changement climatique. En effet, Marie Louise Rakotondrafara a expliqué que le changement climatique se manifeste par des phénomènes météorologiques de plus en plus violents et extrêmes. Par exemple, au lieu d’avoir quatre cyclones moins intenses, on a un cyclone très puissant. Et au lieu de pleuvoir petit à petit pendant plusieurs jours, la pluie tombe en abondance d’un coup sur une même nuit ou en l’espace d’une heure comme hier après-midi. Et quand il y a de fortes précipitations, le sol ne parvient pas à absorber l’eau d’où l’inondation, dit-elle. Et c’est ce que la population d’Antananarivo a vécu hier.

Mais le problème d’Antananarivo est encore plus complexe. Toujours selon Marie Louise Rakotondrafara, l’obstruction des canaux d’évacuation à cause des déchets empêche l’écoulement des eaux. Aussi, les routes en bitume et les dalles en béton dans la cour des maisons ne facilitent pas l’absorption de l’eau par le sol.

Voila, nous sommes victimes de nos propres actes telles qu’il est dit dans la chanson de Milly Clément « Mandrora mantsilany. » Cette chanson veut surtout sensibiliser les gens à ne pas détruire la forêt parce que cela va se retourner contre nous. Mais on peut en tirer que « qui sème le vent récolte la tempête », alors autant faire attention à tout ce qu’on fait.

Partagez

Commentaires