Coronavirus à Madagascar : confinement et survie

Article : Coronavirus à Madagascar : confinement et survie
25 mars 2020

Coronavirus à Madagascar : confinement et survie

Vendredi après-midi, j’apprends que les cours à l’université sont annulés pour des raisons sanitaires à compter du lundi suivant (23 mars). J’ai naturellement pressenti que le coronavirus était arrivé à Madagascar. Mon mari et moi avons tout de suite fait quelques provisions dans un supermarché du coin.

L’annonce de la tenue d’un discours présidentiel dans la soirée n’a fait que confirmer notre pressentiment. En effet, trois cas de Covid-19 ont été détectés sur la grande île. Depuis, les analyses ont confirmé d’autres cas, ramenant à 19 le nombre de personnes atteintes par le coronavirus à la date du 24 mars.

Capture d’écran : https://www.trackcorona.live/ – (c) Stanford, University of Virginia, et Virginia Tech

La panique s’est tout de suite propagée dans la capitale de Madagascar, dès le vendredi soir. Des images sur Facebook montraient de longues queues dans les pharmacies de garde. Les gens ont vidé les stocks de paracétamol, vitamine C, gels désinfectants, alcool et masques. Les stations d’essence ont aussi été prises d’assaut. On ne comprend toujours pas d’ailleurs ce qui a poussé les gens à remplir leur réservoir d’essence. Est-ce pour quitter la ville ou par simple peur de la pénurie ?

Samedi, toutes les familles se sont ruées sur les marchés et dans les supermarchés. Mon frère et moi sommes allés au marché d’Andravoahangy pour compléter nos provisions. Nos masques de fortune ne sont pas passés inaperçus et ont suscité des commentaires.

« Pourquoi paniquer ? C’est une maladie de riches. Elle ne nous atteindra pas. »

« C’est la nouvelle mode ? »         

« Je m’étouffe en voyant ces gens masqués. Je n’en porterai jamais. »

… et j’en passe.

Le marché était noir de monde. Garder 1 mètre de distance était quasiment impossible. Je ne pouvais que prier que les précautions que j’avais prises suffisent à me protéger et qu’aucune de ces personnes autour de moi ne soient porteuse du virus.

Tout au long du marché de lentilles et haricots secs, on voyait les gens s’affoler et crier :

« Ciel! On ne trouve plus de riz nulle part ! »

Heureusement que deux jours auparavant j’avais déjà acheté deux sacs de riz en réserve !

Très vite, les prix de certains produits très demandés ont flambé, notamment ceux du citron et de l’ail. C’est parce que, ces derniers temps, des partages sur les réseaux sociaux ont assuré que ces produits protègent de ce virus. Un vendeur disait avec fierté :

« C’est l’occasion d’augmenter les prix. Ce ne sera pas tous les jours qu’il y aura du coronavirus chez nous. »

Il y avait aussi une longue file d’attente chez le seul vendeur ayant encore du « ravintsara » (laurier) et du « kininimpotsy » (eucalyptus globulus). Ces plantes sont des remèdes traditionnels contre la fièvre, la grippe et les infections respiratoires.    

« Raokandro malagasy » – Plantes médicinales. Photo: Lalah Ariniaina

Le président Andry Rajoelina a décrété le confinement partiel à Antananarivo et à Toamasina. Tous les établissements scolaires seront fermés pendant 15 jours, ce qui a bien sûr fait la joie de mes enfants !  

Malheureusement, une grande partie de la population est dans l’incapacité de se soumettre à cette décision de confinement. Des vendeurs de rue en bas de chez moi ont continué leurs activités lundi, comme si de rien n’était.

« Que voulez-vous ? Nous n’avons pas les moyens de faire des provisions. On vit au jour le jour. Nous nous remettons à Dieu. Si c’est notre destin de mourir, qu’est-ce qu’on y peut ? »

C’est malheureux.

Beaucoup de gens se sont indignés contre tous ceux qui ne respectent pas le confinement. Je suis tout à fait consciente des risques de propagation rapide du Covid-19 si les gens continuent de circuler. Et pourtant, je comprends et compatis. Aussi, je m’inquiète à propos de l’évolution des choses.

J’espère que la mise en place du plan d’urgence sociale annoncé par le président de la république malgache ce 24 mars résoudra le problème.

Partagez

Commentaires