Enfants de pauvres et la débrouille


Il n’est pas rare de voir des enfants mendier dans les rues de Tanà (diminutif d’Antananarivo). C’est quelque chose que je n’aime pas admettre mais, malheureusement, le fait est là.

Une amie belge qui passe souvent à Madagascar se plaint. Elle déteste quand ces mendiants de la capitale la suivent sur un bout de chemin et insistent pour qu’elle sorte la monnaie. Je suppose qu’elle n’est pas la seule à trouver cette situation triste mais aussi désagréable.

Donner de l’argent à ces gosses qui mendient ou pas?

Beaucoup disent qu’il ne faut pas donner des sous à ces enfants des rues pour ne pas favoriser la mendicité. Je suis d’accord avec ce principe. Et pourtant, étant maman, j’arrive très rarement à résister. Je suis loin d’être un parent riche mais, comparé à ces enfants, mon fils est privilégié. C’est ce qui me fend le cœur et m’oblige à ouvrir mon porte-monnaie en attendant de trouver de vraies solutions pour ces gens.

J’ai entendu dire qu’il y a des enfants qui vont en groupe. Et pendant que les autres vous supplient « Donnez-nous de l’argent, s’il vous plait Monsieur ou Madame », d’autres vous volent vos affaires. Alors, il faut faire gaffe.

Aujourd’hui, je vais plutôt vous parler d’enfants qui se débrouillent autrement pour se faire un peu d’argent de poche. Enfin, c’est surtout pour gagner de l’argent et aider les parents.

Tarika Mainty

Tarika Mainty

Jeudi dernier (16 mai 2013) vers midi, j’ai fait la connaissance de trois garçons d’une dizaine d’années du groupe « Mainty » (Noir). Fabrice est à la batterie, Christian fait du bruit avec une corne (comme celle qu’on utilise pendant les fêtes d’anniversaire) et Cédric danse. Ils offrent des petits spectacles de rue en faisant le tour des quartiers du centre-ville. Ce jour là, ils se sont arrêtés dans le quartier de Behoririka.

Fabrice affirme avoir fabriqué lui-même la batterie mais je me doute bien qu’il y ait été aidé. En tout cas, les passants, qui se sont arrêtés pour le spectacle, ont remarqué cette batterie bien originale.

Batterie made by Tarika Mainty

En parlant à ces gars, j’apprends qu’ils ont fait ce petit métier depuis 2010. Et j’ai été quelque peu rassurée quand ils m’ont dit qu’ils ne le font qu’en dehors des heures de classe.

« Il ne faut pas voler. Ce n’est pas bien. Il faut toujours gagner de l’argent honnêtement. »

C’est le message que Fabrice, sûrement le chef de la bande, tient absolument à faire passer. Mignon, n’est-ce pas?

A chacun son show

Pauvreté oblige, Fabrice et compagnie ne sont pas les seuls enfants qui font des spectacles de rue.

En novembre 2008, j’ai parlé d’un petit gars et son spectacle de cirque [EN] sur mon premier blog. Il a d’abord joué avec un minuscule serpent. Ensuite, il a fait des acrobaties.

En janvier 2009, j’ai parlé de Rado [EN], un jeune gars de 14 ans à l’époque. Sur l’escalier d’Antaninarenina, avec son « kabosy » (une guitare), il chantait des cantiques. « Je préfère chanter que tout simplement mendier », a-t-il dit.

Au début, Rado venait chanter seulement les après-midi quand il n’avait pas cours. Malheureusement, depuis la mort de son père, il a du abandonner les bancs de l’école. Toute seule, sa mère ne pouvait plus subvenir aux besoins de la famille.

Rado avait un rêve: trouver un meilleur boulot. Ça fait un bon bout de temps que je ne l’ai plus revu sur l’escalier d’Antaninarenina. Je me demande ce qu’il est devenu. J’espère qu’il gagne mieux sa vie.

Ce ne sont que des gosses et ils connaissent déjà la misère. C’est bien triste. Mais tout n’est pas noir. Quand ces enfants se débrouillent également pour fabriquer leurs propres jouets, je ne sais pas pour vous, mais moi, je trouve ça formidable.

, , , , , , ,

  1. Stéphane Huët

    #1 by Stéphane Huët on 23 mai 2013 - 15 h 00 min

    Super, tu montres une autre facette de Tana. Je connais peu cette ville et j’ai mis du temps à lui trouver des points positifs, j’avoue. Ce genre d’initiatives, qu’elles viennent des enfants ou des adultes m’ont souvent ému lors de mon récent passage dans la capitale malgache. J’ai même sourit parfois devant l’ingéniosité et la générosité de ces enfants.
    Merci Lalah pour ce billet qui me donne une pointe de nostalgie.

  2. Aly COULIBALY

    #3 by Ladji SIRABADA on 24 mai 2013 - 16 h 27 min

    Tu es une femme, Une mere. Tu ne peux que donner en pensant à ton filston. Merci

    • #4 by ariniaina on 18 juin 2013 - 10 h 11 min

      C’est tout à fait le sentiment que j’ai lorsque je vois ces gosses mendiants.
      Merci Ladji

  3. Osman

    #5 by Osman on 24 mai 2013 - 16 h 46 min

    Merci pour ce récit. C’est à la fois triste et émouvant. Je trouve très intéressant que ces jeunots se débrouillent assez bien pour gagner leur vie, même cela ne devrait pas être ainsi. En tout cas, se débrouiller est loin d’être un péché. Bonne chance à eux.

  4. #6 by keitamamady on 25 mai 2013 - 8 h 41 min

    Billet vraiment émouvant et original espérons que leur situation de misère puissent vraiment changer. Je trouve qu’il est primordial que les autorités et les ONG prennent à bras le corps la situation de ces enfants car ils représentent l’avenir du pays.

  5. #7 by Deepak on 27 mai 2013 - 7 h 00 min

    Je trouve cet article touchant. Merci Beacoup!!

  6. Aphtal CISSE

    #8 by Aphtal CISSE on 27 mai 2013 - 18 h 39 min

    Super article! On sent les écrits d’une mère!
    Ce phénomène de mendicité est quand même navrant. Difficile de faire le distinguo entre les vrais nécessiteux et les voyous…

  7. nathyk

    #9 by nathyk on 2 juin 2013 - 15 h 24 min

    Superbe article, aussi touchant comme toujours. Les enfants de Mada… je pense à ceux qui vendaient souvent les sachets au marché d’Analakely ou qui voulait porter les sacs. A ceux là, je n’hésitais pas de leur donner un billet de plus. Comment en finir avec ce phénomène d’enfants délaissés à eux-mêmes et d’enfants obligés de travail. La responsabilité des parents ? dur…

(ne sera pas publié)


Accueil de la plateforme